Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/11/2016

C'était mon grand frère

Deux jours avant d'être opérée, mon frère nous quittait...une délivrance pour lui

j'aime beaucoup ce poème, je l'avais choisi pour la messe, il a été lu, je n'étais pas là....

La mort n'est rien,
je suis seulement passé, dans la pièce à côté.
 
Je suis moi. Vous êtes vous.
Ce que j'étais pour vous, je le suis toujours.
 
Donnez-moi le nom que vous m'avez toujours donné,
parlez-moi comme vous l'avez toujours fait.
N'employez pas un ton différent,
ne prenez pas un air solennel ou triste.
Continuez à rire de ce qui nous faisait rire ensemble.
 
Priez, souriez,
pensez à moi,
priez pour moi.
 
Que mon nom soit prononcé à la maison
comme il l'a toujours été,
sans emphase d'aucune sorte,
sans une trace d'ombre.
 
La vie signifie tout ce qu'elle a toujours été.
Le fil n'est pas coupé.
Pourquoi serais-je hors de vos pensées,
simplement parce que je suis hors de votre vue ?
Je ne suis pas loin, juste de l'autre côté du chemin.
 
Canon Henry Scott-Holland (1847-1918), traduction d'un extrait de "The King of Terrors", sermon sur la mort 1910
Quelquefois attribué à Charles Péguy, d'après un texte de Saint Augustin

noelle claude 55.jpg avec mon grand frère , un jour de permission, je devais avoir 10 12 ans, nous partions à la piscine....

Commentaires

Je suis désolée, Noelle, je ne savais pas. Quels moments difficiles tu viens de passer. Je suis peinée pour toi et je t'embrasse bien fort.

Écrit par : danae | 22/11/2016

J'avais cité Christophe André en faisant une Note qui parlait de ma sœur qui venait de partir..."Puisque la mort existe, savourer la vie, de toutes ses forces."
C'est ce que tu as fait en te faisant opérer et puis les gens que nous aimons sont toujours là, "le fil n'est pas coupé". Je t'embrasse bien fort.

Écrit par : Louis-Paul | 22/11/2016

Moments très douloureux... Je suis sincèrement très peinée pour toi Noëlle. Ce poème est magnifique et ta photo est vraiment très belle. Prends bien soin de toi... Je t'embrasse bien fort.

Écrit par : Cathy | 22/11/2016

Je pense à toi, très fort, Noëlle, et à ton frère.
Ce poème est magnifique. Je l'avais mis lors du départ de mon frère il y a sept ans, et je comprend qu'il te parle à toi aussi.
Je t'embrasse très fort.

Écrit par : Françoise | 22/11/2016

Superbe texte qui parle droit au cœur de tous ceux qui ont perdu un proche.

Reprends vite des forces Noëlle

Bises

Écrit par : annart' | 22/11/2016

Des moments très difficiles je suis avec toi de tout coeur. C'est un très beau texte.

Écrit par : Solange | 22/11/2016

Une très belle photo, très émouvante, beaucoup de complicité. Je t'embrasse Noëlle...

Écrit par : eva | 23/11/2016

Bon retour !
Il va falloir s'habituer à l'idée de partir un jour ou l'autre, raison suffisante pour dire Merci tous les jours d'être encore là et sourire à la vie...
bisous Nono

Écrit par : Doume | 23/11/2016

Ce sont là des moments bien difficiles et on a beau penser, avec vérité, que les aléas de cette existence nous poussent à nous habituer et à nous préparer à cette idée de disparition, il n'empêche que plus rien ne semble comme avant et les photos souvenirs nous offrent alors de drôles de parfums...Heureux de ton retour!

Écrit par : alezandro | 27/11/2016

Oh Noëlle, je suis passée à côté de ça ! Tellement bouleversée moi aussi par la mort de ma soeur je n'avais pas vu. Ce poème est magnifique et fait du bien quand on est peiné par le départ de nos proches, je voudrais bien y croire : Qu'ils sont dans la pièce à côté... J'essaie d'y croire. Hier Dilou et moi sommes allées jeté toutes ses fleurs fanées, encore une journée "cimetière" ....j'ai hâte de passer à autre chose. j'espère que toi tu vas mieux et que tu te rétablies, quelles difficiles épreuves tout ça !! Vivement le printemps Noëlle, qu'il nous sourit un peu et que la vie soit positive dans tous les sens du terme. Je t'embrasse très fort Noëlle. je reviendrai sur ce blog, j'espère que mon com va passer.

Écrit par : pénélope | 30/11/2016

Oui dur ! très dur , je ne m'habitue pas ni à la mort ni à la maladie, je sais juste qu'il faut accepter...
Alors, oui, Penelope, vivement le printemps !

Heureuse de vous lire, merci !

Je vous embrasse

Écrit par : noelle | 01/12/2016

Écrire un commentaire