Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/03/2019

Assis sur un rocher

17 mars 2010.jpg

Assis sur un rocher

Dans la montagne,

Tirons un trait

Sur l'infini

Et restons bien tranquilles,

Ne pensant à rien.

Soyons

Comme le ciel

Qui ne se fatigue pas

D'être bleu,

poème guillevic

Qui, au besoin,

Chasse les nuages

Et tout guilleret

Se redonne au bleu.

poème guillevic

les mots de Guillevic, photos, rando à Isola 2000, un été

poème guillevic

21:26 Publié dans poesie | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : poème guillevic

28/11/2018

"Il voulu peindre une riviere...."

20181118_144450-EFFECTS.jpg

                                                       Il voulut peindre une rivière ;
                                                        Elle coula hors du tableau.

                                                            Il peignit une pie grièche ;
                                                           Elle s’envola aussitôt.


                                                            Il dessina une dorade ;
                                                           D’un bond, elle brisa le cadre.


                                                           Il peignit ensuite une étoile ;
                                                             Elle mit le feu à la toile.


                                                            Alors, il peignit une porte
                                                            Au milieu même du tableau.
                                                               Elle s’ouvrit sur d’autres portes,
                                                              Et il entra dans le château

perigord noir 026.jpg

.Les photos, balade dans le Périgord  noir

Le poèmeCARÊME-MARTINCOURT-PHOTO-BURNY.jpg

Maurice Carème

10:57 Publié dans poesie | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : maurice carème

02/03/2018

Quelques mots d'amour

cadou.jpg

J'ai relu quelques lettres...

Et celle d'Hélene

"je sais que tu m’as inventée
Que je suis née de ton regard
Toi qui donnais la lumière aux arbres
Mais depuis que tu m’as quittée
Pour un sommeil qui te dévore
Je m’applique à te redonner
Dans le nid tremblant de mes mains
Une part de jour assez douce
Pour t’obliger à vivre encore

 

Cadou, une vie simple de maître d'école, en sabots et pèlerine



cadou7.jpg

 

 

Il dira de ses poèmes ",je cherche surtout à mettre de la vie dans mes poèmes, à leur donner une odeur de pain blanc, un parfum de lilas, la fraicheur d'une tige de sauge"

 

 

cadou8.jpg

 

" je t'attendrais Hélène....

Sans t'avoir jamais vue

Je t'appelais déjà

Chaque feuille tombant

Me rappelai ton pas

La vague qui s'ouvrait

Recréait ton visage

et tu étais l'auberge

Aux portes des villages

(René Guy Cadou, La vie rêvée, 1944)

 

 

                    a-cadou-pour-fin-du-poc3a8me.jpg

 

 

Que la poésie soit une joie à la portée de la main" ( Hélène Cadou)

 

Photos trouvées sur le net
                                              
                                                  
                                                  
                                                                  
                                                       
                                                  

                                                      
                                                   
                                                       
                                                  
                                                   
                                                   
                                                   
                                                     

                                                           
                                                            
                                                             
                                           
                                                                              
                                                          
                                                              
                                             

                                    

 

 

 

 

 

 

22/02/2018

je me souviens

DSC00975.JPG

Je me souviens des longues promenades..........

Je me souviens de l'odeur des pins , des fins copeaux , j'aimais le goût de la résine, la sève du pin...

Gemmage_blog.jpg

 

"Sans regretter son sang qui coule goutte à goutte,
Le pin verse son baume et sa sève qui bout,
Et se tient toujours droit sur le bord de la route,
Comme un soldat blessé qui veut mourir debout.

Le poète est ainsi dans les Landes du monde ;
Lorsqu'il est sans blessure, il garde son trésor.
Il faut qu'il ait au coeur une entaille profonde
Pour épancher ses vers, divines larmes d'or !"

                                   Théophile Gautier, España, 1845

DSC07395.JPG

Photos, balades....et le bouquet de septembre, la bruyère d'automne...

DSC07403.JPG

blog 3.jpg

Gemmage, trouvé sur le net

 

04/01/2018

On va, l’espace est grand...

On va.....

 

Le Beaufortain 2007 156.jpg

 

 

                                                          On va, l’espace est grand,
                                                                     On se côtoie,
                                                                On veut parler.
                                                         Mais ce qu’on se raconte
                                                         L’autre le sait déjà,
                                                              Car depuis l’origine
                                                              Effacée, oubliée,
                                                         C’est la même aventure.
                                                         En rêve on se rencontre,
                                                          On s’aime, on se complète.
                                                          On ne va plus loin
                                                             Que dans l’autre et dans soi.

 

Eugène Guillevic 1907-1997 ("Euclidiennes" - 1967)

Au cœur du Beaufortain,

eugène guillevic poeme

Un été ,des randos...

eugène guillevic poeme

 

                                                 

                      "Dans le gravier pur,

                       Dans la prairie verte


                                                
                                            
                                                   

                                                     
                                                   

eugène guillevic poeme


                                           j’emporte avec moi un monde d’oiseaux,
                                          J’entraîne avec moi une chaîne de montagnes.
                                         

                                          J’emporte avec moi le concert des merles
                                         Des nids dans l’ombre des buissons."




eugène guillevic poeme

 

 

 

 

30/04/2017

Amour du prochain

 

 

max jacob.jpg

 

 

Qui a vu le crapaud traverser la rue ?
C’est un tout petit homme : une poupée n’est pas plus minuscule.
Il se traîne sur les genoux : il a honte on dirait,
– Non. Il est rhumatisant, une jambe reste en arrière, il la ramène.
Où va-t-il ainsi ? Il sort de l’égout, pauvre clown.
Personne n’a remarqué ce crapaud dans la rue ;
Jadis, personne ne me remarquait dans la rue.
Maintenant, les enfants se moquent de mon étoile jaune.
Heureux crapaud!… Tu n’as pas d’étoile jaune.

 

 

max jacob le port de locmaria.jpg

                                                           Max Jacob, le port de Locmaria

 

max-jacob-3.jpg

 

"Entre facétie et désespoir, entre besoin de sainteté et tentations charnelles, Max Jacob a promené son innocence canaille en terre de poésie.

Ami de Picasso, d’Apollinaire, de Jean Moulin, de Jean Cocteau, - et de tant d’autres car il fut « l’ami des génies de la terre » -, il aura jalonné de facéties et d’ardentes prières son petit bout de chemin.

De Quimper à Paris, en passant par Saint- Benoît- sur- Loire pour finir à Drancy il aura donc cheminé le clown triste, faisant du trapèze volant entre la foi christique et ses amours profanes....."

 

                                             Max Jacob l’assassiné masque Max Jacob le doux poète

            "Je suis hors du monde, je ne puis subir que le martyre. (1er mai 1939 lettre à Edmond Jabès)

220px-Modigliani,_Amedeo_(1884-1920)_-_Ritratto_di_Max_Jacob_(1876-1944)_2.jpg

Portrait au chapeau par Modigliani, 1916. Amedeo Modigliani, Max Jacob ...

 

"poète tendre entre Desnos et Cadou. Peintre honorable, tendre écrivain, visionnaire souvent, il fut digne de cet hommage qu’Eluard lui fit à sa mort : « On a pu dire de lui qu'il fut non seulement poète et peintre, mais précurseur et prophète : son œuvre si diverse, où l'ironie laisse toujours transparaître la plus chaude tendresse et la sensibilité la plus fine, marque une véritable date dans la poésie française.

Depuis Aloysius Bertrand, Baudelaire et Rimbaud, nul plus que lui n'avait ouvert à la prose française toutes les portes de la poésie. Entre les poèmes en prose du Cornet à dés et les poèmes en vers du Laboratoire Central, entre les Œuvres Mystiques et Burlesques du frère Matorel et Le Terrain Bouchaballe, la poésie occupe le domaine entier de la vie parlée, dans la réalité, et en rêve. » (Paul Eluard, 1941)...."(Quelques lignes d'Esprits Nomades )

 

 

max jacob 9.jpg

                                     Max Jacob, Les joueurs de cartes, musée des beaux arts Quimper

 

                                                « L’amitié est le clou où j’ai pendu ma vie »

 

19:30 Publié dans poesie | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : max jacob

19/04/2017

A la terrasse de nos cafés

berthomeau.jpg

Tant de cris de tant de foule dans tant de villes,

Et tous ces regards saisis, ces visages figés qui sont

Les nôtres.

L'obscurité grandit.

 c'est nous,de par le monde,

Les hommes visés.

Nous tous,

Possiblement,

En quelques secondes, de vie à trépas,

De  passant à victime.

C'est nous, un jour, peut-être, la vie d'attentat et

l'incrédulité.

Nous avons vu Paris pleurer.

Tunis saisi d'effroi,

Orlando gémir

Et Nice être renversée.

Nous avons vu Beyrouth et Bruxelles.

Le monde,

Aux quatre coins déchirés.

Dans des pays lointains il est des douleurs sœurs ,

Des visages sombres,

Des regards vides que nous reconnaissons.

C'est nous,

Attentats du monde entier.

bistrot.jpg

Nous, les baptisés des terrasses de cafés,

instruits par aucun livre sacré que Montaigne et La Boétie.

C'est nous qu'ils visent.

Notre liberté les insulte.

Ils ne vaincront pas....."

 

de-sang-et-de-lumiere-de-laurent-gaude-1109346556_L.jpg

 

 

Extraits p. 101  " Le Serment De Paris " quelques lignes,   poésie, Laurent Gaudé

 

 terrasses de cafés

Photos trouvées sur le net

Peinture Kerdalo

 

3.-Terrasse-de-café-à-Paris-81x100-940x764.jpg

 

 

22:04 Publié dans poesie | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : poésie, laurent gaudé

07/04/2017

"J'aime les nuages... les nuages qui passent... là-bas... là-bas....."

Luchon septembre 2011 335.JPG

Luchon septembre 2011 308.JPG

Une descente....

Luchon septembre 2011 301.JPG

 

Qui aimes-tu le mieux, homme enigmatique, dis? ton père, ta mère, ta soeur ou ton frère?
- Je n'ai ni père, ni mère, ni soeur, ni frère.
-

                                                               Tes amis?


-Vous vous servez là d'une parole dont le sens m'est resté jusqu'à ce jour inconnu.

                                                                 - Ta patrie?


- J'ignore sous quelle latitude elle est située.

 

Luchon septembre 2011 314.JPG


                                                                - La beauté?


-                                                                Je l'aimerais volontiers, déesse et immortelle.

Luchon septembre 2011 332.JPG


                                                                   - L'or?
                                                                    - Je le hais comme vous haïssez Dieu.


                                                                      - Eh! qu'aimes-tu donc, extraordinaire étranger?

Luchon septembre 2011 340.JPG


- J'aime les nuages... les nuages qui passent... là-bas... là-bas... les merveilleux nuages!

Baudelaire: Petits poèmes en prose, I (1869)

Luchon septembre 2011 334.JPG

Descente de l'étang de la Frêche

Luchon septembre 2011 289.JPG

Luchon septembre 2011 257.JPG

L'étang de la Frêche, la montée est rude ! j'adore ce coin des Pyrénées !

Photos, été dans les Pyrénées

Luchon septembre 2011 316.JPG

 

"J'aime les nuages... les nuages qui passent... là-bas... là-bas... les merveilleux nuages!"

12:58 Publié dans poesie | Lien permanent | Commentaires (10)

04/04/2017

chauve Souris

 

 " Chauve-souris masque de l’ombre..."

DSC00943.JPG

Elles étaient là, tout là-haut sur le mur....

DSC00945.JPG

DSC00941.JPG

 

 

DSC00942.JPG"À mi-carême, en carnaval,

On met un masque de velours,

Où va le masque après le bal ?

Il vole à la tombée du jour.

 

 

chauve_souris2_tim_flach.jpg

 

 

 

 

 

Oiseau de poils, oiseau sans plumes,

Il sort, quand l’étoile s’allume,

De son repaire de décombres.

Chauve-souris masque de l’ombre"

 

chauve-souris-18-720x540.jpg4.jpg

 

  c'était dans la petite église de Benqué dessus

 

 

 

DSC00944.JPG

 

Les fresques du chœur de Saint-Blaise.

DSC01588.JPG!

DSC01592.JPG

DSC01585.JPG

 

 Photos et balades 2015, les Pyrénées, le poème,Robert Desnos.Les petites chauves souris trouvées sur le net.

 

 

DSC01599.JPG

 

 

 

 

 

 

 

15:23 Publié dans poesie | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : robert desnos, poème

31/03/2017

De sang et de lumière

de-sang-et-de-lumiere-de-laurent-gaude-.jpgje veux une poésie du monde,qui voyage, prenne des trains, des avions, plonge dans des villes chaudes, des labyrinthes de ruelles.

Je veux une poésie qui connaisse le ventre de Palerme, Port-au-Prince et Beyrouth....

Je veux une poésie qui s'écrive à hauteur d'hommes.

Une poésie qui marche derrière la longue colonne des vaincus et qui porte en elle part égale de honte et de fraternité....

Je veux une poésie qui se penche sur les hommes et ait le temps de les dire avant qu'ils ne disparaissent...

Quelques lignes de la première page, des pages de très beaux poèmes

Laurent gaude 2.jpg

" Regardez-les,
                                                      Ils ne nous prennent rien.
                                                      Lorsqu’ils ouvrent les mains,
                                                     Ce n’est pas pour supplier,
                                                     C’est pour nous offrir
                                                         Le rêve d’Europe
                                                     Que nous avons oublié...."

 

 

Ces poèmes engagés à l’humanisme ardent, à la sincérité poignante, se sont nourris, pour la plupart, des voyages de Laurent Gaudé.
Qu’ils donnent la parole aux opprimés réduits au silence ou ravivent le souvenir des peuples engloutis de l’histoire, qu’ils exaltent l’amour d’une mère ou la fraternité nécessaire, qu’ils évoquent les réfugiés en quête d’une impossible terre d’accueil ou les abominables convois de bois d’ébène des siècles passés, ils sont habités d’une ferveur païenne lumineuse, qui voudrait souffl er le vent de l’espérance.( 4ieme de couverture)

 

laurent gaude4.jpg

 Jonathan Stutz - Fotolia

Les mots sont
  Vieux
    Comme la souffrance des peuples.  

 

 

  page 11

laurent gaude 3.jpg

 

 

 "Je veux une poésie qui défie l’oubli et pose ses yeux sur tous ceux qui vivent et meurent dans l’indifférence du temps. Même pas comptés. Même pas racontés. Une poésie qui n’oublie pas la vieille valeur sacrée de l’écrit : faire que des vies soient sauvées du néant parce qu’on les aura racontées"

 

17:01 Publié dans poesie | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : poésie, laurent gaudé