Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2018

Des lettres

J'ai retrouvé des lettres

DSCI0140.JPG

 

Des lettres de mon grand père Jean Marie Carles à son épouse , Catherine "gros baisers de la tranchée…" des lettres de sa fille, ma maman ,"cher petit papa…"

IMG_20181017_154015.jpg

Mon grand père 

DSCI0151.JPG

DSCI0153.JPG

DSCI0137.JPG

 

 

DSCI0156.JPG

 

Laurentine .jpgDSCI0150.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

DSCI0155.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

grand mere.jpg

 

ma mamanDSCI0141.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                     Ma grand mère CatherineDSCI0136.JPG

DSCI0140.JPG

 

DSCI0154.JPG

 

 

maxime.jpg

 

 

Celles -ci,  Maxime Le Forestier aurait

 

écrit cette chanson, en 1975, à partir de lettres découvertes dans un grenier. 

les poilus8.jpg

 

 

« Les Lettres »
Avril 1912, ma femme, mon amour,
Un an s’est écoulé depuis ce mauvais jour
Où j’ai quitté ma terre.
Je suis parti soldat comme on dit maintenant.
Je reviendrai te voir, d’abord de temps en temps,
Puis pour la vie entière.
Je ne pourrai venir sans doute avant l’été.
Les voyages sont longs quand on les fait à pied.
As-tu sarclé la vigne ?
Ne va pas la laisser manger par les chardons.
Le voisin prêtera son cheval aux moissons.
Écris-moi quelques lignes.

poilus 4.jpg


Hiver 1913, mon mari, mon amour,
Tu ne viens pas souvent, sans doute sont trop courts
Les congés qu’on te donne
Mais je sais que c’est dur, cinquante lieues marchant
Pour passer la journée à travailler aux champs,
Alors, je te pardonne.
Les vieux disent qu’ici, cet hiver sera froid.
Je ne sens pas la force de couper du bois
J’ai demandé au père.
Il en a fait assez pour aller en avril
Mais penses-tu vraiment, toi qui es à la ville,
Que nous aurons la guerre ?
Août 1914, ma femme, mon amour,
En automne au plus tard, je serai de retour
Pour fêter la victoire.
Nous sommes les plus forts, coupez le blé sans moi.
La vache a fait le veau, attends que je sois là
Pour le vendre à la foire.
Le père se fait vieux, le père est fatigué.
Je couperai le bois, prends soin de sa santé.
Je vais changer d’adresse.
N’écris plus, attends-moi, ma femme, mon amour,
En automne au plus tard je serai de retour
Pour fêter la tendresse.
Hiver 1915, mon mari, mon amour,
Le temps était trop long, je suis allée au bourg
Dans la vieille charrette.
Le veau était trop vieux, alors je l’ai vendu
Et j’ai vu le vieux Jacques, et je lui ai rendu
Le reste de nos dettes.
Nous n’avons plus un sou, le père ne marche plus.
Je me débrouillerai, et je saurai de plus
En plus être économe
Mais quand tu rentreras diriger ta maison,
Si nous n’avons plus rien, du moins nous ne devrons
Plus d’argent à personne.
Avril 1916, ma femme, mon amour,
Tu es trop généreuse et tu voles au secours
D’un voleur de misères
Bien plus riche que nous. Donne-lui la moitié.
Rendre ce que l’on doit, aujourd’hui, c’est jeter
L’argent au cimetière.

poilu-c1f03.jpg


On dit que tout cela pourrait durer longtemps.
La guerre se ferait encore pour deux ans,
Peut-être trois ans même.
Il faut nous préparer à passer tout ce temps.
Tu ne fais rien pour ça, je ne suis pas content,
Ça ne fait rien, je t’aime.
Ainsi s’est terminée cette tranche de vie,
Ainsi s’est terminé sur du papier jauni
Cet échange de lettres
Que j’avais découvert au détour d’un été
Sous les tuiles enfuies d’une maison fanée
Au coin d’une fenêtre.
Dites-moi donc pourquoi ça s’est fini si tôt.
Dites-moi donc pourquoi, au village d’en haut,
Repassant en voiture,
Je n’ai pas regardé le monument aux Morts
De peur d’y retrouver, d’un ami jeune encore,
Comme la signature.

 

DSCI0157.JPG

 

02/01/2014

Le goût du souvenir

250px-Galips_Mimizan_2.jpg

" On les appelait galips ou gemelles.
On les mariait aux pommes de pins
Dans les feux du soir en brûle- parfums
On en parle encore, avec regret.
On en parle encore, mais à l'imparfait"



gemmage_vraies_vacances_experiences_authentiques_bassin_d_arcachon_tourisme.jpg

Je me souviens de l'odeur des fins copeaux et j'aimais le goût de la résine, la sève du pin....


HS0424_1354116993.jpg


"Sans regretter son sang qui coule goutte à goutte,
Le pin verse son baume et sa sève qui bout,
Et se tient toujours droit sur le bord de la route,
Comme un soldat blessé qui veut mourir debout.

Le poète est ainsi dans les Landes du monde ;
Lorsqu'il est sans blessure, il garde son trésor.
Il faut qu'il ait au coeur une entaille profonde
Pour épancher ses vers, divines larmes d'or !"

Théophile Gautier, España, 1845


Les pins ,  balades en foret , c'était à La Brède , ou

Gamine , je  passais  mes vacances

  Longues balades jusqu'au château...

8bd38a820ae5b1380e0c20c892bc661a.jpg

Entouré de douves en eau, au milieu des pins et des vignobles bordelais....

  l'écrivain et penseur Montesquieu naquit en ces lieux  en 1689 et y rédigea la majeure  partie de son oeuvre.


DSC00228.JPG


20/08/2010

20 AOUT 1949

images.jpglA FORÊT S'EMBRASE AUTOUR  DE BORDEAUX, quelques lignes ce matin dans le journal Sud- ouest, sur " l'incendie du siècle"

 

je me souviens.....une note de 2008

 

incendie.jpg

CE  jour là

j'avais 5 ans, j'étais à La Brède, et je me souviens

L’incendie était partout, incessant.

" au 20 août, 100 000 hectares avaient déjà brûlé.


Et ce jour-là, alors que des dizaines de sauveteurs bénévoles avaient été envoyés sur un incendie qui s’approchait dangereusement de Bordeaux, le feu provoqua la mort de 82 hommes, en quelques minutes, au même endroit. Les alliances des hommes mariés fondirent ; l’or fond à 1064 °C.


D’une fatalité routinière et quotidienne, on est passé ce samedi à la catastrophe nationale, qui a profondément marqué la culture forestière en Aquitaine."

incendie 6.jpg
Parti le 19 août du côté de Saucats, situé au début de la forêt des Landes à un dizaine de kilomètres de là, c'est probablement une cigarette mal éteinte dans une cabane de résinier qui aurait causé de ce qu'on appelle encore aujourd'hui « le feu du siècle »
Le château  Montesquieu à la Brède est menacée lorsque le feu reprend avec violence le 22 Août
incendie5.jpg Notre maison( qui ressemblait beaucoup à celle-ci)
incendie8.jpg
était tout près, au milieu des pins
De cet été 49,    je me souviens , la nuit , du tocsin "il y a le feu à Moras" mon père, alors se levait et allait rejoindre les autres volontaires
Je me souviens de cette chaleur étouffante, du ciel noir, des cendres ,des flammèches....
A Canejan, ou j'habite aujourd'hui
incendie7.jpg
C'était alors ,une petite bougade de 480 habitants, elle s'est vite retrouvée encercler par les flammes

29 victimes, asphysiés par les fumées dégagées par les pins carbonisés.

l'ecole primaire du bourg porte le nom de Marc Rebeyrol, secretaire de mairie et instituteur, lui aussi décédé.

Des années aprés, l'émotion est toujours là.

image 2.png


23/04/2010

Yves a parlé de Nazaré...

La plage

portugal3.jpg


portugal5.jpg

petit village de pêcheurs de Tavira,portugal6.jpg

portugal14.jpg

portugal.jpgdans l'Algarve, au sud du pays

portugal4.jpg

 

Caldas de Monchique, station thermale d'origine romaine

portugal1.jpg

 

portugal 14.jpgSouvenirs....

Et bientôt les photos de Mamita, de retour du Portugal

20:28 Publié dans Souvenirs | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : l'algarve

27/08/2009

Ma Méhari

Je lis ce matin

meharie.jpgLa Mehari, une légende cotée entre 2000 et 15000 EUROS

j'ai vendu la mienne 500 francs.....

" la Citroen Méhari ne fait pas ses trente ans. Tel un tailleur chanel, elle est indemodable....."

La mienne était verte, sur le capot était peint pleins de petites fleurs bleues et de grands oiseaux....( année 70) elle avait donc de la valeur.....

La  Méhari, c'est la route des  Lacs, les vacances à Grayan, Soulac,ocean.jpg entre les pins et l'océan...

Nostalgie....

les abatilles.jpg

 

21/08/2009

Essai

On me dit   "Que ma page est blanche"....

C'est donc un essai, une note déjà faite l'année dernière

20 Aout 1949, il ya  60ans

Un incendie d'un autre temps, des seaux et des arrosoirs et des branches de pins pour taper sur les flammes et les étouffer

1949, les grands incendies des Landes

incendie.jpg

 CE  jour là

j'avais 5 ans, j'étais à La Brède, et je me souviens

 L’incendie était partout, incessant.

" au 20 août, 100 000 hectares avaient déjà brûlé.
Et ce jour-là, alors que des dizaines de sauveteurs bénévoles avaient été envoyés sur un incendie qui s’approchait dangereusement de Bordeaux, le feu provoqua la mort de 82 hommes, en quelques minutes, au même endroit. Les alliances des hommes mariés fondirent ; l’or fond à 1064 °C.
D’une fatalité routinière et quotidienne, on est passé ce samedi à la catastrophe nationale, qui a profondément marqué la culture forestière en Aquitaine."

incendie 6.jpgParti le 19 août du côté de Saucats, situé au début de la forêt des Landes à un dizaine de kilomètres de là, c'est probablement une cigarette mal éteinte dans une cabane de résinier qui aurait causé de ce qu'on appelle encore aujourd'hui « le feu du siècle »
Le château  Montesquieu à la Brède est menacée lorsque le feu reprend avec violence le 22 Août
incendie5.jpg Notre maison( qui ressemblait beaucoup à celle-ci)
incendie8.jpgétait tout près, au milieu des pins
De cet été 49,    je me souviens , la nuit , du tocsin "il y a le feu à Moras" mon père, alors se levait et allait rejoindre les autres volontaires
Je me souviens de cette chaleur étouffante, du ciel noir, des cendres ,des flammèches....
A Canejan, ou j'habite aujourd'hui
incendie7.jpgC'était alors ,une petite bougade de 480 habitants, elle s'est vite retrouvée encercler par les flammes

 29 victimes, asphysiés par les fumées dégagées par les pins carbonisés.

l'ecole primaire du bourg porte le nom de Marc Rebeyrol, secretaire de mairie et instituteur, lui aussi décédé.

Des années aprés, l'émotion est toujours là.

incendie14.jpg

09:51 Publié dans Souvenirs | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : 1949 souvenirs

22/01/2009

PHOTO SOUVENIR

Mon frère en permission, nous partions à la piscine, année 55noelle claude 55.jpg

 

14:53 Publié dans Souvenirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : photo souvenir

13/01/2009

l' hôpital 2

SA.pngUne  Angiographie

Photographie du fond de l'oeil, après injection dans une veine du pli du coude( enfin, là ou l'on peut) d'un produit fluorescent.

 

angiographie_2.jpg

 

Maintenant c'est çà       ,un clic sur la souris et des images illimitées de la rétine....

angio.JPG

 

AvantLAMPE-A-FENTE.jpg

On rajoute, à cette lampe, un appareil photo, une petite lampe de poche,( l'examen se fait dans le noir) du papier millimétré et une montre.

Je fais l'injection et stop chrono, en quelques secondes( 6à10) on voit arriver de belles vagues vertes(fluo) envahir les vaisseaux de la rétine, clichés jusqu'à disparition du produit.

Examen indispensable, surtout chez les diabetiques, maintenant, la plus petite hemorragie, vue à l'angio, est stopppée par le laser.

 

Mais nous sommes en 67

Les malades sont un peu jaunes, examen pas douloureux mais pas très agréable.

En 67, (Rosa a parlé du "che") beaucoup d'étudiants Cubains dans le service,  ils arrivaient en costume rose ou vert pomme....ensuite étudiants venus d'Afrique, d'Asie, des pays arabes, maroc liban égypte, peu d'Algeriens, et Ukraine ,dernière rencontre, une étudiante Albanaise .Chaque Année, nouvelles rencontres, nouvelles amitiées, de belles rencontres.....

photo8.jpgJ'ai donc les bobines dans la poche et je pars" en ville" les déposer chez un photographe, je referais ma petite ballade, quelques jours après pour chercher les photos.

Des angios, mais aussi beaucoup d'examens complementaitre, champ visuel, dynamique, statique, AVD, vision des couleurs...plein de petits gestes, lavage des voies lacrymales... des injections sous-conjoctivales( piqures  sous la conjoctive) Rosa va hurler! petits gestes d'urgence, quand ,projection d'un produit toxique...

photo9.gif

 

Puis ce sont ajouter tous les  tests d'allergie, "tout" ce qui peut provoquer une conjoctivite, poussière, mais aussi, sciure de bois(  son bois) vernis à ongle et crème, là c'était des malettes entières à tester!

photo10.jpg

Et aussi répondre aux téléphone, donner des RV....reposer une perfusion....

Beaucoup de malades, adultes, enfants, externes ,Hospitalisés, fatigués, trés fatigués, certains me diront "mettez des gants, j'ai le sida"

Je ne parlerai pas des années Sida, années 80

oeil.jpgAsuivre....La visite du patron...une cérémonie

11/01/2009

l'hôpital

SA.pngL'hôpital Saint-André est le plus ancien des établissements du Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux. Situé au centre ville, il est l'héritier de l'hôpital fondé en 1390 par un chanoine du Chapitre métropolitain Saint-André, Vital Carles sur un terrain que celui-ci possédait près de la cathédrale.
Cet hôpital avait pour vocation de recevoir "les pauvres malades qui ne pouvaient aller demander l'aumône ni gagner leur vie par la ville, comme les pauvres pèlerins et voyageurs pour une nuit ou deux et plus, si le gouvernement de l'hôpital le trouvait à propos, pourvu qu'ils ne soient pas des truands..."

sai 2.png

Mes premières journées en ophtalmologie

c'était à Pâques, un retour de ski à Samoëns

On me propose "les explorations  fonctionnelles" je ne connaissais pas, j'ai dit oui

Un vieux labo, sur la paillasse, plein de petits flacons, dans chaque flacon, un oeil suspendu à un fil

D'autres bocaux avec à l''intérieur  des foetus de 6 mois mais déjà centenaires.....des vieux registres avec des pages d'une img18.jpgbelle écriture ,des microscopes...voilà pour le décor

Là, avec le DR P. J'ai appris à découper un oeil, en fines lamelles et les poser délicatement sur des lames, à les colorer à l'hémateine, à l'éosine et au safran,  tout un art!

Une fois séchées , elles passaient sous le microscope

Dans ce vieux labo, une lampe à fenteLAMPE-A-FENTE.jpg

On allait faire les premières angiographies

à suivre.....

19/08/2008

1949, les grands incendies des Landes

incendie.jpg

 CE  jour là

j'avais 5 ans, j'étais à La Brède, et je me souviens

 L’incendie était partout, incessant.

" au 20 août, 100 000 hectares avaient déjà brûlé.
Et ce jour-là, alors que des dizaines de sauveteurs bénévoles avaient été envoyés sur un incendie qui s’approchait dangereusement de Bordeaux, le feu provoqua la mort de 82 hommes, en quelques minutes, au même endroit. Les alliances des hommes mariés fondirent ; l’or fond à 1064 °C.
D’une fatalité routinière et quotidienne, on est passé ce samedi à la catastrophe nationale, qui a profondément marqué la culture forestière en Aquitaine."

incendie 6.jpgParti le 19 août du côté de Saucats, situé au début de la forêt des Landes à un dizaine de kilomètres de là, c'est probablement une cigarette mal éteinte dans une cabane de résinier qui aurait causé de ce qu'on appelle encore aujourd'hui « le feu du siècle »
Le château  Montesquieu à la Brède est menacée lorsque le feu reprend avec violence le 22 Août
incendie5.jpg Notre maison( qui ressemblait beaucoup à celle-ci)
incendie8.jpgétait tout près, au milieu des pins
De cet été 49,    je me souviens , la nuit , du tocsin "il y a le feu à Moras" mon père, alors se levait et allait rejoindre les autres volontaires
Je me souviens de cette chaleur étouffante, du ciel noir, des cendres ,des flammèches....
A Canejan, ou j'habite aujourd'hui
incendie7.jpgC'était alors ,une petite bougade de 480 habitants, elle s'est vite retrouvée encercler par les flammes

 29 victimes, asphysiés par les fumées dégagées par les pins carbonisés.

l'ecole primaire du bourg porte le nom de Marc Rebeyrol, secretaire de mairie et instituteur, lui aussi décédé.

Des années aprés, l'émotion est toujours là.

incendie14.jpg

13:43 Publié dans Souvenirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : incendies