Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/01/2022

Un bonjour au poète Paul Eluard

perigord noir 058.jpg

 

"Il s’installa dans une maison toute proche du château, dans une rue qui porte désormais son nom. C’est dans la dernière partie de sa vie qu’il vécut dans ce village périgourdin, une période assez sombre de son existence.

Il y écrivit son oeuvre ultime Poésie ininterrompue (1946) où son « savoir vieillir, savoir passer le temps » s’accorde en notes majeures à son quotidien beynacois."

 

 

perigord noir 080.jpg

Savoir vieillir savoir passer le temps

 

Savoir régner savoir durer savoir revivre
                                      Il rejeta ses draps il éclaira la chambre
                                          Il ouvrit les miroirs légers de sa jeunesse
                                           Et les longues allées qui l’avaient reconduit

perigord noir 001.jpg

 

                                                 Etre un enfant être une plume à sa naissance
                                                 Etre la source invariable et transparente


                                                  Toujours être au cœur blanc une goutte de sang
                                                Une goutte de feu toujours renouvelée
                                           Rien n’a changé candeur rien n’a changé désir

perigord noir 083.jpg

 


                                            L’hiver j’ai mon soleil il fait fleurir ma neige
                                                Et l’été qui sent bon a toutes les faiblesses

 

                                                                     

  eluard 12.jpgPaul Éluard

 

 

 

 

 

 

 

 

 

perigord noir 041.jpg

 

                             Balade dans le Perigord noir, Beynac

Paul Éluard par Marc Chagall

 

Périgord 2008 162.JPG

 

 

 

 

                              
                                 
                                     
                   


                                          
                                         


                                             
                                       
                       


                                      
                                         

                                                             

                 
                 
                 
                 
                 

10:13 Publié dans Balade | Lien permanent | Commentaires (5)

08/01/2022

Code 612 Qui a tué le petit Prince ?

blog12.jpg

.

Bussi 4.jpg

 

"Qui mieux que Michel Bussi pour imaginer une enquête passionnante sur le mystère et les ombres du Petit Prince et de son créateur Saint-Exupéry ? Roman à clé, jeu de piste, hommage, Code 612 Qui a tué le Petit Prince? célèbre les 75 ans du Petit Prince. Un livre indispensable pour les amoureux du conte et de son auteur.

bussi 9.jpg


"Avec la signature Bussi : ludique, poétique, surprenante.

Il est le livre le plus traduit au monde, après la Bible, et l'un des plus vendus, conte étrange et fascinant.
Il est l'incarnation universelle de l'enfance, petit garçon blond, mordu mortellement par un serpent...
Mais la vérité est-elle aussi simple ? S'est-on vraiment déjà posé la question : " Qui a tué le Petit Prince ? " Saint-Exupéry n'aurait-il pas dissimulé l'identité de l'assassin dans son roman, lui dont la mort, quelques mois après la parution de son livre, reste tout aussi mystérieuse ?
Code 612. Qui a tué le Petit Prince ? passe en revue hypothèses, coupables et mobiles, pour enfin révéler la vérité stupéfiante sur le secret de Saint-Exupéry, et de son double de papier."

bussi9.png

Après ,  "Rien ne t'efface" nouveau coup de ❤ 

 

19:23 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (4)

25/12/2021

Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir....

....Et l'envie furieuse d'en réaliser quelques uns....

 

20211220_165256 (1).jpg

La crèche à Notre Dame des Passes

20211220_164430.jpg

20211220_165426.jpg

 

Quelques mots de Brel et balade au Moulleau

 

Joyeuses fêtes !

 

20211220_164640.jpg

16/12/2021

J'ai salué le soleil

 

20210730_211637.jpg

 

                                                               .Voici peut-être le dernier jour de ma vie


                                                                  

                                      J'ai salué le soleil en levant la main droite

blog 10.jpg

                 mais je ne l’ai pas salué en lui disant adieu –

               Non, plutôt en faisant signe que j'étais heureux de le voir

                             c'est tout 

blog18.jpg

 

BLOG 19.jpg

                                                                       

                                                                                             
 
Extrait, 1960, Le Gardeur de Troupeaux
 
Fernando Pessoa 1888- 1935 
 
 
 Nous avons tous deux vies : la vraie, celle dont nous avons rêvé enfant et que nous continuons de vivre de façon souterraine, et la fausse, celle que nous vivons tous les jours et qui nous mène au cercueil. » (Pessoa )
 
 
 
Quelques mots de Pessoa
 
"Enfant, j’avais déjà tendance à créer autour de moi un monde fictif, à m’entourer d’amis et de connaissances qui n’avaient jamais existé – (je ne sais pas bien entendu s’ils n’ont pas existé ou si c’est moi qui n’existe pas. 

     Un jour…– ce fut le 8 mars 1914 – je m’approchai d’une commode haute, et prenant un papier, je commençai d’écrire, debout, comme je le fais chaque fois que je le peux. Et j’écrivis une bonne trentaine de poèmes d’affilée, dans une sorte d’extase dont je ne saurais définir la nature. Ce fut le jour triomphal de ma vie, et je n’en connaîtrai jamais de semblable. Je débutai par un titre Le gardeur de troupeau et ce qui suivit fut l’apparition en moi de quelqu’un que j’ai d’emblée appelé Alberto Caeiro. Pardonnez-moi cette absurdité : en moi était apparu mon maître. "
 
                                                              

 

 
 

 

                                                                             

blog 12.jpg

Une plage, quelques jours à Montalivet

temp_photo.jpg

 

                 

                                                                                              
                                                                                    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


                                                                   
                                                            
                                                                                

                                                                                      
                                                               

 

 

13/12/2021

La paix

Willy Ronis 9.jpg

 La paix est un verre de lait chaud et un livre posé devant l'enfant qui s'éveille

 

yannis-ritsos (1).jpgLe rêve de l’enfant, c’est la paix.
Le rêve de la mère, c’est la paix.
Les paroles de l’amour sous les arbres
c’est la paix.

Quand les cicatrices des blessures se ferment sur le visage
du monde
et que nos morts peuvent se tourner sur le flanc et trouver
un sommeil sans grief
en sachant que leur sang n’a pas été répandu en vain,
c’est la paix.

La paix est l’odeur du repas, le soir,
lorsqu’on n’entend plus avec crainte la voiture faire halte
dans la rue,
lorsque le coup à la porte désigne l’ami
et qu’en l’ouvrant la fenêtre désigne à chaque heure le ciel
en fêtant nos yeux aux cloches lointaines des couleurs,
c’est la paix.

La paix est un verre de lait chaud et un livre posés devant
l’enfant qui s’éveille.

Lorsque les prisons sont réaménagées en bibliothèques,
lorsqu’un chant s’élève de seuil en seuil, la nuit,
à l’heure où la lune printanière sort du nuage
comme l’ouvrier rasé de frais sort de chez le coiffeur du quartier,
le samedi soir
c’est la paix.

Lorsque le jour qui est passé
n’est pas un jour qui est perdu
mais une racine qui hisse les feuilles de la joie dans le soir,
et qu’il s’agit d’un jour de gagné et d’un sommeil légitime,
c’est la paix.

Lorsque la mort tient peu de place dans le cœur
et que le poète et le prolétaire peuvent pareillement humer
le grand œillet du soir,
c’est la paix.

poeme14.jpg

Sur les rails de mes vers,
le train qui s’en va vers l’avenir
chargé de blé et de roses,
c’est la paix.

Mes Frères,
au sein de la paix, le monde entier
avec tous ses rêves respire à pleins poumons.
Joignez vos mains, mes frères.
C’est cela, la paix.

titsos8.jpg

 

Yannis Ritsos (1909 – 1990)
Texte traduit du grec par l’auteur,

                     

                     

 

 

 Un moment de paix

image 10.jpg

 

Une photo de Willy Ronis, des photos trouvées sur le net et 

"Un moment de paix" un été, balade dans le Mercantour

 

 

 

14:48 Publié dans poesie | Lien permanent | Commentaires (4)

06/12/2021

Le vieux pont

20190606_112936.jpg

 

""Ce bon vieux pont" est à Sare,village basque au pied des montagnes de la

Rhune et enjambe la Nivelle

 

 

sare 039.jpg

 

 

 

 




 

Ce bon vieux pont, sous ses trois arches,
En a déjà bien vu de l'eau
Passer verte avec du galop
Ou du rampement dans sa marche.

 

20190606_113043.jpg



Il connaît le pas, la démarche
De l'errant qui porte un ballot,
Du petit berger tout pâlot
Et du mendiant patriarche.

Juin juillet 2016 Luchon 166 (2017_02_14 18_59_01 UTC).JPG



Au creux de ce profond pays,
Entre ces grands bois recueillis
Où l'ombre humide a son royaume,

Juin juillet 2016 Luchon 168 (2017_02_14 18_59_01 UTC).JPG



Le jour, à peine est-il réel !...
Le soir, sous l'oeil rouge du ciel,
Il devient tout à fait fantôme.

DSCI0003.JPG

Photos,  des balades à Sare....des printemps, automne, été...

DSCI0033.JPG

."Le vieux pont" Maurice Rollinat

02/12/2021

Lu, aimé

livre 8.jpg

Thé Ache, tu avais dit quelques mots sur ce roman, alors lu et aimé , merci !

 

 "Le jour paraît sur Giverny.
Du haut de son moulin, une vieille dame veille, surveille. Le quotidien du village, les cars de touristes… Des silhouettes et des vies. Deux femmes, en particulier, se détachent : l’une, les yeux couleur nymphéa, rêve d’amour et d’évasion ; l’autre, onze ans, ne vit déjà que pour la peinture. Deux femmes qui vont se trouver au cœur d’un tourbillon orageux. Car dans le village de Monet, où chacun est une énigme, où chaque âme a son secret, des drames vont venir diluer les illusions et raviver les blessures du passé…"(Quatrième de couverture)

dénouement inattendu !

Interrogé sur son plus grand plaisir d’écrivain, Michel Bussi répond sans hésiter : « écrire la fin de Nymphéas noirs, baptisée "Exposition". Cinquante pages jubilatoires pour faire passer le lecteur par toutes les émotions : la stupeur, la colère, la peine, les larmes… l’espoir. » vrai !!

" l'intrigue de mes romans, c'est ma mélodie"

giverny-7.jpg

photo trouvée sur le net

11:10 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (6)

30/11/2021

Un ruisseau

blog 8.jpg

Ce ruisseau coule sans jamais fatiguer,
Ouvre en deux un vaste pré,
Dans lequel un troupeau de bovidés
Aime paître et s'abreuver.

20180626_123142.jpg



Brillant de régals,
Luisant de reflets,
Il émet sans mal
Un son parfait.

20180626_120451.jpg



A son côté, un passant trempe ses doigts,
Puis patauge, boit et chante,
Dans ce lit qui serpente
Et s'enfonce dans les bois.

20180626_112728.jpg



Dans la douce mélodie
D'un léger clapotis,
L'eau transparente passe...
Une feuille morte glisse à sa surface.

20180626_121219.jpg

Ce ruisseau coule au pied d'arbres superbes ;
On peut se reposer sur leurs grands chaussons d'herbes,
Leurs racines puissantes s'enfoncent dans la terre,
Et s'abreuvent d'eau sans en avoir l'air.

20180626_111736.jpg



Le ruisseau s'écoule paisiblement...

20180626_104141.jpg

Un poème de Mikaël  Le Saint, photos, nos coins repos...

20180626_142250.jpg

 Et Le sentier pour une superbe randonnée, l'étang de la frêche

Luchon 2010 355.JPG

17:23 Publié dans randonnees | Lien permanent | Commentaires (4)

10/11/2021

Pour rêver un peu....

228.JPG

Les lacs de Booms

"De temps en temps on croit être arrivé au haut de la montagne, mais tout à coup elle fait un détour...

 

                                    .quelques mots de Gustave Flaubert" Voyages aux Pyrénées" mais lui, c'était à cheval !

"L'air est pur, le vent souffle et le vent vous étourdit; les chevaux montent vite, donnant de furieux coups d'épaule, baissant la tête comme pour mordre la route et s'y hissent."

                                                  "vous apercevez successivement quatre lacs enchâssés dans des rochers"...

.

136.JPG

Le départ....le refuge de l'hospice de France

 

                                                       Tout là-haut, tout là-haut, loin de la route sûre,
                                                         Des fermes, des vallons, par-delà les coteaux,
                                                     Par-delà les forêts, les tapis de verdure,


                                                      Loin des derniers gazons foulés par les troupeaux,
                                                   On rencontre un lac sombre encaissé dans l'abîme
                                                  Que forment quelques pics désolés et neigeux ;


                                                     L'eau, nuit et jour, y dort dans un repos sublime,

Luchon 2010 020.JPG

Le Lac  d'Ôo, nos premières montées....


                                                                           Et n'interrompt jamais son silence orageux.               
                                                                        Dans ce morne désert, à l'oreille incertaine


                                                                            Arrivent par moments des bruits faibles et longs,
                                                                        Et des échos plus morts que la cloche lointaine
                                                                      D'une vache qui paît au penchant des vallons.

445.JPG

Le Lac de Bordère


                                                        Sur ces monts où le vent efface tout vestige,
                                                            Ces glaciers pailletés qu'allume le soleil,


                                                              Sur ces rochers altiers où guette le vertige,
                                                          Dans ce lac où le soir mire son teint vermeil,

443.JPG

Au Lac de Bordère


                                                              Sous mes pieds, sur ma tête et partout, le silence,
                                                              Le silence qui fait qu'on voudrait se sauver,


                                                              Le silence éternel de la montagne immense,
                                                             Car l'air est immobile et tout semble rêver.
                                                             On dirait que le ciel, en cette solitude,

518.JPG


                                                                               Se contemple dans l'onde et que ces monts, là-bas,
                                                                               Ecoutent, recueillis, dans leur grave attitude,


                                                                                Un mystère divin que l'homme n'entend pas.
                                                                                Et lorsque par hasard une nuée errante
                                                                               Assombrit dans son vol le lac silencieux,

val d'isere 1138.JPG

Lui, n'a pas de nom, sur un sentier à Val d'Isère


                                                                               On croirait voir la robe ou l'ombre transparente
                                                                               D'un esprit qui voyage et passe dans les cieux.

                                                                                            Charles Baudelaire

 

Des randos , des étés dans les Pyrénées, à Val d'Isère, à Valloire...

ete 2011 606.JPG

A Valloire

14:32 Publié dans randonnees | Lien permanent | Commentaires (5)

02/11/2021

Un arbre

ete 2011 572.JPG

Il était sur un sentier à Valloire

 

"En argot les hommes appellent les oreilles des feuilles

c'est dire comme ils sentent que les arbres connaissent la musique

mais la languie verte des arbres est un argot bien plus ancien

Qui peut savoir ce qu'ils disent lorsqu'ils parlent des humains

Les arbres parlent arbre comme les enfants parlent enfant

014.JPG



Quand un enfant de femme et d'homme adresse la parole à un arbre

0227.JPG





l'arbre répond

l'enfant l'entend

006.JPG



Plus tard l'enfant

parle arboriculture

avec ses maîtres et ses parents

Il n'entend plus la voix des arbres

il n'entend plus leur chanson dans le vent

279.JPG



Pourtant parfois une petite fille pousse un cri de détresse dans un square de ciment armé d'herbe morne et de terre souillée


Est-ce... oh... est-ce la tristesse d'être abandonnée qui me fait crier au secours ou la crainte que vous m'oubliiez arbres de ma jeunesse ma jeunesse pour de vrai 

luchon octobre 2008 069.jpg


Dans l'oasis du souvenir une source vient de jaillir est-ce pour me faire pleurer
J'étais si heureuse dans la foule la foule verte de la forêt avec la peur de me perdre et la crainte de me retrouver

N'oubliez pas votre petite amie arbres de ma forêt."

315.JPG

Le poème , Jacques Prévert

Des sentiers, des randos,  Les Pyrénées....