Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/06/2018

Le matin




balades à sare,juin 2018

Le matin

t'es donné

20180605_203824.jpg

 

 

 

Ne le prends pas

Comme un dû

Le matin

Ne parait pas devoir

Déboucher

Sur midi

Il promet

Autre chose

balades à sare,juin 2018

Le matin

Aime annoncer 

Une belle journée

balades à sare,juin 2018

Nous étions là, face à la Rhune ,quelques jours pour quelques balades….des chemins , des sentiers….

balades à sare,juin 2018

Balade sur le chemin de Zugarramurdi,petit village Espagnol

balades à sare,juin 2018

Sur le sentier des palombières

balades à sare,juin 2018

                                               Soleil, orage, pluie et grand soleil !

balades à sare,juin 2018

                                     Sur le sentier du Littoral, près de Ciboure

balades à sare,juin 2018

balades à sare,juin 2018

Sentier du Littoral, déjà pris un printemps, au loin , la belle et longue plage d'Hendaye,3 km de sable fin…

 

 

Photos, juin 2018,     "Le matin"  Guillevic

balades à sare,juin 2018

 

 

Samedi, un nouveau départ, les Pyrénées

A bientôt, je vous  souhaite de belles journées !je vous  embrasse 

 

 

balades à sare,juin 2018

 

 

 

 

 

 

 

27/05/2018

Balades

 

DSCI0058.JPG

 

"Le jeu du soleil

                         Sur le tronc du chêne  

                 Le temps du bonheur "

DSCI0042.JPG

Samedi, départ pour le petit village de Sare

 

DSCI0001 (1).JPG

 A Sare ,on a le temps...la devise de ce petit village du Pays Basque, au pied des montagnes de l'Axuria et de la Rhune  

DSCI0037.JPG

Juin juillet 2016 Luchon 017 (2017_02_14 18_59_01 UTC).JPG

Quelques sentiers,chemins  à retrouver….à découvrir…

 

DSCI0040.JPG

DSCI0049.JPG

DSCI0053.JPG

Quelques mots d'Eugène Guillevic , photos, 2016, 2017

A bientôt, je vous embrasse

Juin juillet 2016 Luchon 031 (2017_02_14 18_59_01 UTC).JPG

 

     

 

04/05/2018

Le peintre poète

 

 Ange.jpg

Les choses que j’aurais tant voulu écrire
sont celles que je n’ai jamais su mettre en mots


Chatouillé par le grelot de l’ange
un bébé rit


Câlinée par le souffle du vent
une fleur fait « oui » de la tête


Jusqu’où aurait-il donc fallu poursuivre la route ?


Les jours d’après la mort à ceux d’avant la vie
en un cercle bien rond s’enchaînent


A présent j’ai droit au silence
Malgré la foule des paroles
Malgré les milliers de chansons
La tristesse ne s’est jamais dissipée et pourtant
La joie non plus ne s’est jamais envolée
(Tanikawa Shuntarô)

 

Paul Klee saisit ses anges au vol, d’un unique trait de crayon, dans la fulgurance de leur
présence. Ceux de Tanikawa Shuntarô inventent une situation, un événement, un dialogue : ils
créent une brèche qui rend possible une rencontre, une parole, un questionnement. (extrait Bobance éditeur )

paul-klee-9.png

Là, dans leur royaume, tout est comme chez nous, mais en plus angélique" Paul Klee

 

 "Paul Klee est un territoire fertile à tous les rêves, l’homme des derniers regards à un monde qui s’achève et se déchire.
Pressentant sa fin prochaine Paul Klee convoque tout un cortège d’anges, presque une cinquantaine, qui vont l’accompagner dans la condition humaine :(Gil Pressinitzer)


« Les hommes vivent en des lieux dont les anges n’ont pas idée» disait un poète.

l'ange grelot

 

 Les Anges de Klee est le premier livre traduit en français de Tanikawa Shuntarô. Ce recueil comporte 18 poèmes inspirés d'une série d'anges dessinés par Paul Klee à la fin de sa vie, entre 1939 et 1940. Tantôt rieurs, tantôt graves, ces anges apparaissent comme le miroir d'une humanité fragile dont le chant accueille ...

Je les aime...

 

 

 

 

22/04/2018

Nous étions là...

DSCI0051.JPG

Au milieu des vignes et des champs de colza

DSCI0074.JPG

 

"Dans le champ de colza
les moineaux font mine
de contempler les fleurs "

DSCI0073.JPG

Nous étions là....sur ces chemins....

DSCI0070.JPG

Balades, des villages , des sentiers, quelques jours dans le Gers....

DSCI0066.JPG

Photos avril 2018, quelques mots de Matsuo Bashô

"L’herbe des champs
Libère sous mes semelles
Son parfum."

 

20/03/2018

le photographe aux semelles de vent....

 

 

 

ange.jpg

"Monté sur une bicyclette, un jeune garçon déguisé en ange descend une ruelle sous le regard d’une habitante à peine surprise. L’image est à la fois poétique et amusante. Elle saisit sur le vif une scène qui a attiré l’attention de Josef Koudelka en Italie. L’enfant photographié semble issu d’une procession de fête religieuse. Tout au long des voyages qu’il réalise, l’artiste capture des visages, des paysages et des vues citadines. Ses clichés sont marqués par l’esthétique noir et blanc qui participe à la dramatisation des sujets représentés.

Au sein d’un cadrage restreint, Josef Koudelka fait cohabiter l’homme et la nature en un dialogue muet. Les clichés de l’artiste figent pour l’éternité des visages dont le regard hagard illustre une certaine inquiétante étrangeté. Énigmatiques, les photographies témoignent par ailleurs d’une maîtrise hors pair du cadrage et de la composition."

julius-motal-the-phoblographer-josef-koudelka-595x595.jpg

 

"Il fait sienne cette maxime de son alter ego Milan Kundera :
Celui qui veut se souvenir ne doit pas rester au même endroit et attendre que les souvenirs viennent tout seuls jusqu'à lui ! Les souvenirs se sont dispersés dans le vaste monde et il faut voyager pour les retrouver et les faire sortir de leur abri ! (Le livre du rire et de l'oubli).( Esprit nomade )

 

il fuit, il glisse dans le temps et hors du temps, il voyage au travers de l’humanité, toujours en route vers les visages.

livres.jpg

Texte de Czeslaw Milosz.

 

En 1970, après avoir été reporter lors de l’invasion soviétique, Josef Koudelka renonce à sa nationalité tchèque, devient apatride et entame un long voyage : celui de l’exil. Traversant les frontières de l’Europe, en homme libre, il photographie ce qu’il voit : les lieux, les objets, les âmes. Ces images de vie dégagent une profondeur et une force invraisemblables. À la fois nomade et visionnaire, Koudelka dépeint un monde où le tragique investit le quotidien.

La sélection d’images que nous propose Exils nous emmène dans un voyage qui nous en dit autant sur l’être que sur l’ailleurs et qui trouve aujourd’hui une particulière acuité, au moment où l’Europe est secouée de crises.

Ce livre est édité pour la première fois en 1988. En 2015, paraît une nouvelle édition, revue et augmentée.

Cikani-Josef-Koudelka-Tres-Bohemes.jpg

« Et les tanks sont arrivés » sera le titre d’une exposition Invasion 1968 des photos de Josef Koudelka.

koudelka-prague-1968.jpg

 

 

koudelka14.jpg

 

« Je ne sais pas trop pourquoi j’ai commencé, pour la beauté sans doute. Mais je sais pourquoi je n’ai pas pu arrêter, pour la musique. »

 

 

 

 "Atypique, sauvage, solitaire, il va là où le vent le pousse, souriant et insaisissable....."Depuis longtemps, coup de coeur pour ces photos, pour cet homme toujours nomade, toujours ailleurs...

josef Koudelka

 

 Quelques extraits  'd'esprits Nomades"

02/03/2018

Quelques mots d'amour

cadou.jpg

J'ai relu quelques lettres...

Et celle d'Hélene

"je sais que tu m’as inventée
Que je suis née de ton regard
Toi qui donnais la lumière aux arbres
Mais depuis que tu m’as quittée
Pour un sommeil qui te dévore
Je m’applique à te redonner
Dans le nid tremblant de mes mains
Une part de jour assez douce
Pour t’obliger à vivre encore

 

Cadou, une vie simple de maître d'école, en sabots et pèlerine



cadou7.jpg

 

 

Il dira de ses poèmes ",je cherche surtout à mettre de la vie dans mes poèmes, à leur donner une odeur de pain blanc, un parfum de lilas, la fraicheur d'une tige de sauge"

 

 

cadou8.jpg

 

" je t'attendrais Hélène....

Sans t'avoir jamais vue

Je t'appelais déjà

Chaque feuille tombant

Me rappelai ton pas

La vague qui s'ouvrait

Recréait ton visage

et tu étais l'auberge

Aux portes des villages

(René Guy Cadou, La vie rêvée, 1944)

 

 

                    a-cadou-pour-fin-du-poc3a8me.jpg

 

 

Que la poésie soit une joie à la portée de la main" ( Hélène Cadou)

 

Photos trouvées sur le net
                                              
                                                  
                                                  
                                                                  
                                                       
                                                  

                                                      
                                                   
                                                       
                                                  
                                                   
                                                   
                                                   
                                                     

                                                           
                                                            
                                                             
                                           
                                                                              
                                                          
                                                              
                                             

                                    

 

 

 

 

 

 

22/02/2018

je me souviens

DSC00975.JPG

Je me souviens des longues promenades..........

Je me souviens de l'odeur des pins , des fins copeaux , j'aimais le goût de la résine, la sève du pin...

Gemmage_blog.jpg

 

"Sans regretter son sang qui coule goutte à goutte,
Le pin verse son baume et sa sève qui bout,
Et se tient toujours droit sur le bord de la route,
Comme un soldat blessé qui veut mourir debout.

Le poète est ainsi dans les Landes du monde ;
Lorsqu'il est sans blessure, il garde son trésor.
Il faut qu'il ait au coeur une entaille profonde
Pour épancher ses vers, divines larmes d'or !"

                                   Théophile Gautier, España, 1845

DSC07395.JPG

Photos, balades....et le bouquet de septembre, la bruyère d'automne...

DSC07403.JPG

blog 3.jpg

Gemmage, trouvé sur le net

 

14/02/2018

le 14 fevrier

20140911_202101 (2014_09_26 19_05_14 UTC).jpg

 aujourd'hui , juste un an de plus....



 

 et mon blog, a 13 ans , mes premières notes,  un 14 février, le jour de mon anniversaire, une journée passée au Pyla....

DSCI1006 (2017_02_14 18_59_01 UTC).JPG

Le soleil aujourd'hui,

Je me le suis donné.
J'en ai mis plein mes poches.
Et dans d'autres endroits

Ou mes mains ne vont pas.
Je peux escalader
Ce qui me séparait
Je peux montrer aux gens
Comment c'est, la lumière.

Eugène Guillevic

 

 

 

 

DSCI1015 (2017_02_14 18_59_01 UTC).JPG

04/02/2018

Ms Hemingway

Mrs-Hemingway.3.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les amours et les pertes des femmes de Hemingway

"Durant l’été éclatant de 1926, Ernest Hemingway et sa femme Hadley partent de Paris pour rejoindre leur villa dans le Sud de la France. Ils nagent, jouent au bridge et boivent du gin. Mais où qu’ils aillent, ils sont accompagnés de l’irrésistible Fife, la meilleure amie de Hadley, et l’amante d’Ernest…

Hadley est la première Mrs. Hemingway, mais ni elle ni Fife ne sera la dernière. Au fil des décennies, alors que chaque mariage est animé de passion et de tromperie, quatre femmes extraordinaires apprendront ce que c’est que d’aimer – et de perdre – l’écrivain le plus célèbre de sa génération...(4eme de couverture )

hemingway 4 femmes.jpg

Hadley, Fife, Martha , Marie , quatre femmes....Épouse après épouse, après épouse...Toutes l'on aimé....

hemingway 7.jpg

" Perdre sa capacité à écrire, c'était perdre sa capacité à libérer son esprit de ses angoisses. Ecrire, c'était entrer dans une maison magnifique : un lieu propre et éclairé où la lumière tombait en de grands faisceaux blanc sur de beaux parquets en bois. Ecrire, c'était se sentir chez soi, c'était y voir clair. "

martha-gellhorn_5475674.jpg

"Ernst est sur le point de dire quelque chose mais se retient. Martha pense que c'est typique d' Ernest: il veut sa femme, il veut sa maîtresse, il veut tout ce qui est à sa portée. Il est avide de femmes mais surtout il ne connaît pas ses vrais besoins, alors dans le doute il essaie d'attraper tout ce qui passe. Épouse après épouse après épouse. Ce n'est pas une épouse qu'il lui faut; c'est une mère!"

Mrs-Hemingway.9.jpg

 Une belle écriture ,Naomi Wood nous offre un beau portrait et témoignage de ces quatre femmes de l'écrivain , un roman ou on découvre un autre homme....

mrs10.jpg

Ernest Hemingway et Martha Gellhorn, jeunes mariés au Stork Club, à New York, en 1941.

 

"il  s’accorde sur un point: sa fragilité. Hadley Richardson aura été la première à la déceler: "Elle sait qu’il doit lutter contre ses démons et la dépression (…) c’est souvent la nuit qu’il souffre le plus, qu’il entre dans un monde où rien n’a de sens. Puis vient le jour, il va bien, il est joyeux et immensément intéressé par les mots et par l’art, il s’efforce d’écrire au plus près de l’os".

Puis Martha Gelhorn "Elle sait qu’il a peur de la solitude, du caractère brutal de sa tristesse, mais il y a autre chose qu’elle ne parvient pas à nommer, et lui non plus. Il y a dans ce gouffre aussi dur que le quartz, quelque chose d’avarié".

Une fêlure que Naomi Wood suggère sans jamais s’appesantir laissant à ce géant des lettres américaines nobelisé en 1954 toute sa puissance et son mystère.

Journaliste elle aussi la dernière Mrs Hemingway, Mary Welsh, accompagnera l’écrivain jusqu’à son suicide en 1961 dans l’Idaho."  un extrait de Alexandra Lemasson " les lectures d'Alexandra"

 

emingway5.jpg

Photos trouvées sur le net

 

 

 

 

16/01/2018

Henning Mankell

  livre.pngUn  polar, deux romans

la muraille.png

Henning Mankell, le grand maître du polar venu du froid

l’inspecteur Kurt Wallander
 
"L'automne est revenu à Ystad. Tynnes Falk, consultant en informatique, s'écroule devant un distributeur bancaire...."  je découvre avec plaisir Wallander...
Quelques mots de l'auteur "
 
"Henning Mankell se souvenait très bien de ce jour de mai 1989 où Kurt Wallander est né.
 
« Je peux même retrouver, dans mon journal, la date exacte. Je voulais écrire sur les émigrants, la xénophobie, confiait-il au Monde des livres en 2010. Je me suis dit que le racisme était un peu comme une attitude criminelle, et que le roman policier était le décor idéal pour en parler. Mais pour cela, j’avais besoin d’un détective. » Sa première apparition a lieu dans Meurtriers sans visage (1991, paru en France chez Bourgois en 1994), distingué par les prix du meilleur roman policier suédois et scandinave...."(Le Monde.fr )

Après ce premier polar, deux romans
 
henning mankell
 
A soixante-six ans, Fredrik Welin vit reclus depuis une décennie sur une île de la Baltique avec pour seule compagnie un chat et un chien et pour seules visites celles du facteur de l’archipel. Depuis qu’une tragique erreur a brisé sa carrière de chirurgien, il s’est isolé des hommes. Pour se prouver qu’il est encore en vie, il creuse un trou dans la glace et s’y immerge chaque matin. Au solstice d’hiver, cette routine est interrompue par l’intrusion d’Harriet, la femme qu’il a aimée et abandonnée quarante ans plus tôt. Fredrik ne le sait pas encore, mais sa vie vient juste de recommencer.

Le temps de deux solstices d’hiver et d’un superbe solstice d’été, dans un espace compris entre une maison, une île, une forêt, une caravane, Mankell nous révèle une facette peu connue de son talent avec ce récit sobre, intime, vibrant, sur les hommes et les femmes, la solitude et la peur, l’amour et la rédemption.( 4 eme de couverture)
 

images 4.jpg

"Le froid de l'autre côté de la vitre me rappelle celui qui émane de mon propre corps. Je suis assailli des deux côtés. Mais je lutte, contre le froid et contre la solitude. C'est pourquoi je creuse un trou dans la glace chaque matin. Si quelqu'un, posté sur les eaux gelées avec des jumelles, me voyait faire, il me prendrait pour un fou. Il croirait que je prépare ma mort. Un homme nu dans le froid glacial, une hache à la main, en train de creuser un trou ?!"

les bottes suedoises2.jpg

 

 

 

images 2.jpg

les bottes suedoises2.jpg

 

Après l’immense succès des Chaussures italiennes, auquel il fait suite, Les Bottes suédoises brosse le portrait en clair-obscur d’un homme tenaillé par le doute, le regret, la peur face à l’ombre grandissante de la mort ? mais aussi la soif d’amour et le désir ? 

 

 

 Une écriture magnifique , pleine d'émotions , ce sera son dernier roman....

 

henning-mankell-copyright-Lina-Ikse-Bergman-internet.jpg

 

 "Henning Mankell a partagé sa vie entre la Suède et le Mozambique. Outre la célèbre série « Wallander », il est l’auteur de romans sur l’Afrique et sur des questions de société récompensés par de nombreux prix littéraires, de pièces de théâtre et d’ouvrages pour la jeunesse. Henning Mankell est mort à Göteborg le 5 octobre 2015 à l’âge de 67 ans." ( le Seuil)

Merci à Françoise , merci Louis-Paul , coup de coeur pour cet auteur que je ne connaissais pas.

les bottes.png

 

17:10 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : henning mankell