Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/06/2022

A bientôt !

0278.JPG

A bientôt !

Je vous embrasse

0283.JPG

La photo, au village de Benasque , en Espagne

18/05/2022

Ceux qu'on aime, Ne connaitrons pas la mort...

20220504_124416.jpgje découvre Victoria Hislop et aimé

          " Ceux qu'on aime"

 

"Une odyssée familiale puissante et passionnante.
Le grand retour de Victoria Hislop à la saga historique.
Athènes, milieu des années 1940. Récemment libérée de l’occupation allemande, la Grèce fait face à de violentes tensions internes. Confrontée aux injustices qui touchent ses proches, la jeune Themis décide de s’engager auprès des communistes et se révèle prête à tout, même à donner sa vie, au nom de la liberté. Arrêtée et envoyée sur l’île de Makronissos, véritable prison à ciel ouvert, Themis rencontre une autre femme, militante tout comme elle, avec qui elle noue une étroite amitié. Lorsque cette dernière est condamnée à mort, Themis prend une décision qui la hantera pendant des années.
Au crépuscule de sa vie, elle lève enfin le voile sur ce passé tourmenté, consciente qu’il faut parfois rouvrir certaines blessures pour guérir."

 

A travers les yeux de Themis, une tragique histoire la Grèce de 1930 à nos jours...guerre, dictature, massacre...la démocratie arrivera...

                        Une histoire, ne pas oublié le passé...

livre 25.jpg

13:42 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (3)

06/03/2022

Une photo, quelques mots....

Bansky.jpg

Vraiment, je vis en de sombre temps !
Un langage sans malice est signe De sottise, un front lisse D’insensibilité.
Celui qui rit N’a pas encore reçu la terrible nouvelle.
Que sont donc ces temps, où
Parler des arbres est presque un crime
Puisque c’est faire silence sur tant de forfaits !
Celui qui là-bas traverse tranquillement la rue
N’est-il donc plus accessible à ses amis
Qui sont dans la détresse ?
C’est vrai : je gagne encore de quoi vivre.
Mais croyez-moi : c’est pur hasard.
(...)
Je vécus dans les villes au temps des désordres et de la famine
Je vécus parmi les hommes au temps de la révolte
Et je m'insurgeais avec eux
Ainsi passa le temps qui me fut donné sur la Terre
Je mangeais en pleine bataille
Je me couchais parmi des assassins
Négligemment je faisais l'amour et je dédaignais la nature
Ainsi passa le temps qui me fut donné sur la Terre
De mon temps les rues conduisaient aux marécages
La parole me livra aux bourreaux
J'étais bien faible mais je gênais les puissants
Ou du moins je le crus
Ainsi passa le temps qui me fut donné sur la Terre
Les forces étaient comptées
Le but se trouvait bien loin il était visible pourtant
Mais je ne pouvais pas en approcher
Ainsi passa le temps qui me fut donné sur la Terre
Vous qui surgirez du torrent où nous nous sommes noyés
Songez quand vous parlez de nos faiblesses
A la sombre époque dont vous êtes sortis
Nous traversions les luttes de classes
Changeant de pays plus souvent que de souliers
Désespérés que la révolte ne mît pas fin à l'injustice
Nous le savons bien
La haine de la misère creuse les rides
La colère de l'injustice rend la voix rauque
Ô nous qui voulions préparer le terrain de l'amitié
Nous ne sûmes pas devenir des amis
Mais vous quand l'heure viendra où l'homme aide l'homme
Pensez à nous avec indulgence
.
Bertolt BRECHT, À ceux qui viendront après nous, 1939.
 
 

 

14:34 Publié dans TRISTESSE | Lien permanent | Commentaires (11)

12/02/2022

Et au milieu coule une rivière...

Porto Vecchio 151.jpg

"Et au milieu coule une rivière. Son lit fut creusé par le déluge. Au cœur de la roche venue du fond des temps ; sur les rochers la pluie a laissé ses gouttes immémoriales. Sous la roche il y a la parole et cette parole, parfois lui appartient.

Porto Vecchio 147.jpg

C’est un petit ruisseau qui coule tout là-haut,
Un tout petit ruisseau fait de trois gouttes d’eau ;
Un filet de cristal, une onde transparente
Sautillant hardiment en dévalant la pente

Porto Vecchio 142.jpg

C'était près de Porto Vecchio , un printemps, quelques mots de Norman McLean et Vette de Fonclare

Porto Vecchio 144.jpg

 

20:25 Publié dans randonnees | Lien permanent | Commentaires (3)

27/01/2022

Envolez- vous

val d'isere 785.JPG

"Envolez-vous dans un ciel de montagne
Allez jusqu’à l’Aigle
Empruntez-lui une plume
Et un peu d’encre à son bec
Ecrivez des histoires d’eau, d’oiseaux, de soleil et de neige,
Donnez vos histoires à l’Aigle
Lui vous laissera sa plume
Et vous ne serez plus jamais seul.

val d'isere 1138.JPG

Long est le chemin qui mène à ce joyau des montagnes.
Des fleurs diaprées et des fleurs de soleil accompagnent
L'être léger, l'être ardent, désireux
De l'eau d'en haut qui le rend bienheureux
Quand, assaillie d'étincelles, sa houppelande
Grésille en silence, bleu vif ou vert amande.

val d'isere 758.JPG

Le lac surgit d'un coup au détour du jardin des pierres.
Comme des songes, de grandes langues de neige, altières,
Glissent vers l'eau et parfois y déposent
Un fouillis de blancs pétales de roses
Glacés. Voici le temps de la contemplation,
Baignée de gratitude envers la création."

val d'isere 467.JPG

Une rando, un été à Val d'Isère...

Quelques mots Blandine Rigollot

val d'isere 1155.JPG

 

 

14:32 Publié dans randonnees | Lien permanent | Commentaires (5)

15/01/2022

Un bonjour au poète Paul Eluard

perigord noir 058.jpg

 

"Il s’installa dans une maison toute proche du château, dans une rue qui porte désormais son nom. C’est dans la dernière partie de sa vie qu’il vécut dans ce village périgourdin, une période assez sombre de son existence.

Il y écrivit son oeuvre ultime Poésie ininterrompue (1946) où son « savoir vieillir, savoir passer le temps » s’accorde en notes majeures à son quotidien beynacois."

 

 

perigord noir 080.jpg

Savoir vieillir savoir passer le temps

 

Savoir régner savoir durer savoir revivre
                                      Il rejeta ses draps il éclaira la chambre
                                          Il ouvrit les miroirs légers de sa jeunesse
                                           Et les longues allées qui l’avaient reconduit

perigord noir 001.jpg

 

                                                 Etre un enfant être une plume à sa naissance
                                                 Etre la source invariable et transparente


                                                  Toujours être au cœur blanc une goutte de sang
                                                Une goutte de feu toujours renouvelée
                                           Rien n’a changé candeur rien n’a changé désir

perigord noir 083.jpg

 


                                            L’hiver j’ai mon soleil il fait fleurir ma neige
                                                Et l’été qui sent bon a toutes les faiblesses

 

                                                                     

  eluard 12.jpgPaul Éluard

 

 

 

 

 

 

 

 

 

perigord noir 041.jpg

 

                             Balade dans le Perigord noir, Beynac

Paul Éluard par Marc Chagall

 

Périgord 2008 162.JPG

 

 

 

 

                              
                                 
                                     
                   


                                          
                                         


                                             
                                       
                       


                                      
                                         

                                                             

                 
                 
                 
                 
                 

10:13 Publié dans Balade | Lien permanent | Commentaires (8)

08/01/2022

Code 612 Qui a tué le petit Prince ?

blog12.jpg

.

Bussi 4.jpg

 

"Qui mieux que Michel Bussi pour imaginer une enquête passionnante sur le mystère et les ombres du Petit Prince et de son créateur Saint-Exupéry ? Roman à clé, jeu de piste, hommage, Code 612 Qui a tué le Petit Prince? célèbre les 75 ans du Petit Prince. Un livre indispensable pour les amoureux du conte et de son auteur.

bussi 9.jpg


"Avec la signature Bussi : ludique, poétique, surprenante.

Il est le livre le plus traduit au monde, après la Bible, et l'un des plus vendus, conte étrange et fascinant.
Il est l'incarnation universelle de l'enfance, petit garçon blond, mordu mortellement par un serpent...
Mais la vérité est-elle aussi simple ? S'est-on vraiment déjà posé la question : " Qui a tué le Petit Prince ? " Saint-Exupéry n'aurait-il pas dissimulé l'identité de l'assassin dans son roman, lui dont la mort, quelques mois après la parution de son livre, reste tout aussi mystérieuse ?
Code 612. Qui a tué le Petit Prince ? passe en revue hypothèses, coupables et mobiles, pour enfin révéler la vérité stupéfiante sur le secret de Saint-Exupéry, et de son double de papier."

bussi9.png

Après ,  "Rien ne t'efface" nouveau coup de ❤ 

 

19:23 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (4)

25/12/2021

Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir....

....Et l'envie furieuse d'en réaliser quelques uns....

 

20211220_165256 (1).jpg

La crèche à Notre Dame des Passes

20211220_164430.jpg

20211220_165426.jpg

 

Quelques mots de Brel et balade au Moulleau

 

Joyeuses fêtes !

 

20211220_164640.jpg

16/12/2021

J'ai salué le soleil

 

20210730_211637.jpg

 

                                                               .Voici peut-être le dernier jour de ma vie


                                                                  

                                      J'ai salué le soleil en levant la main droite

blog 10.jpg

                 mais je ne l’ai pas salué en lui disant adieu –

               Non, plutôt en faisant signe que j'étais heureux de le voir

                             c'est tout 

blog18.jpg

 

BLOG 19.jpg

                                                                       

                                                                                             
 
Extrait, 1960, Le Gardeur de Troupeaux
 
Fernando Pessoa 1888- 1935 
 
 
 Nous avons tous deux vies : la vraie, celle dont nous avons rêvé enfant et que nous continuons de vivre de façon souterraine, et la fausse, celle que nous vivons tous les jours et qui nous mène au cercueil. » (Pessoa )
 
 
 
Quelques mots de Pessoa
 
"Enfant, j’avais déjà tendance à créer autour de moi un monde fictif, à m’entourer d’amis et de connaissances qui n’avaient jamais existé – (je ne sais pas bien entendu s’ils n’ont pas existé ou si c’est moi qui n’existe pas. 

     Un jour…– ce fut le 8 mars 1914 – je m’approchai d’une commode haute, et prenant un papier, je commençai d’écrire, debout, comme je le fais chaque fois que je le peux. Et j’écrivis une bonne trentaine de poèmes d’affilée, dans une sorte d’extase dont je ne saurais définir la nature. Ce fut le jour triomphal de ma vie, et je n’en connaîtrai jamais de semblable. Je débutai par un titre Le gardeur de troupeau et ce qui suivit fut l’apparition en moi de quelqu’un que j’ai d’emblée appelé Alberto Caeiro. Pardonnez-moi cette absurdité : en moi était apparu mon maître. "
 
                                                              

 

 
 

 

                                                                             

blog 12.jpg

Une plage, quelques jours à Montalivet

temp_photo.jpg

 

                 

                                                                                              
                                                                                    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


                                                                   
                                                            
                                                                                

                                                                                      
                                                               

 

 

13/12/2021

La paix

Willy Ronis 9.jpg

 La paix est un verre de lait chaud et un livre posé devant l'enfant qui s'éveille

 

yannis-ritsos (1).jpgLe rêve de l’enfant, c’est la paix.
Le rêve de la mère, c’est la paix.
Les paroles de l’amour sous les arbres
c’est la paix.

Quand les cicatrices des blessures se ferment sur le visage
du monde
et que nos morts peuvent se tourner sur le flanc et trouver
un sommeil sans grief
en sachant que leur sang n’a pas été répandu en vain,
c’est la paix.

La paix est l’odeur du repas, le soir,
lorsqu’on n’entend plus avec crainte la voiture faire halte
dans la rue,
lorsque le coup à la porte désigne l’ami
et qu’en l’ouvrant la fenêtre désigne à chaque heure le ciel
en fêtant nos yeux aux cloches lointaines des couleurs,
c’est la paix.

La paix est un verre de lait chaud et un livre posés devant
l’enfant qui s’éveille.

Lorsque les prisons sont réaménagées en bibliothèques,
lorsqu’un chant s’élève de seuil en seuil, la nuit,
à l’heure où la lune printanière sort du nuage
comme l’ouvrier rasé de frais sort de chez le coiffeur du quartier,
le samedi soir
c’est la paix.

Lorsque le jour qui est passé
n’est pas un jour qui est perdu
mais une racine qui hisse les feuilles de la joie dans le soir,
et qu’il s’agit d’un jour de gagné et d’un sommeil légitime,
c’est la paix.

Lorsque la mort tient peu de place dans le cœur
et que le poète et le prolétaire peuvent pareillement humer
le grand œillet du soir,
c’est la paix.

poeme14.jpg

Sur les rails de mes vers,
le train qui s’en va vers l’avenir
chargé de blé et de roses,
c’est la paix.

Mes Frères,
au sein de la paix, le monde entier
avec tous ses rêves respire à pleins poumons.
Joignez vos mains, mes frères.
C’est cela, la paix.

titsos8.jpg

 

Yannis Ritsos (1909 – 1990)
Texte traduit du grec par l’auteur,

                     

                     

 

 

 Un moment de paix

image 10.jpg

 

Une photo de Willy Ronis, des photos trouvées sur le net et 

"Un moment de paix" un été, balade dans le Mercantour

 

 

 

14:48 Publié dans poesie | Lien permanent | Commentaires (4)