Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/02/2018

Ms Hemingway

Mrs-Hemingway.3.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les amours et les pertes des femmes de Hemingway

"Durant l’été éclatant de 1926, Ernest Hemingway et sa femme Hadley partent de Paris pour rejoindre leur villa dans le Sud de la France. Ils nagent, jouent au bridge et boivent du gin. Mais où qu’ils aillent, ils sont accompagnés de l’irrésistible Fife, la meilleure amie de Hadley, et l’amante d’Ernest…

Hadley est la première Mrs. Hemingway, mais ni elle ni Fife ne sera la dernière. Au fil des décennies, alors que chaque mariage est animé de passion et de tromperie, quatre femmes extraordinaires apprendront ce que c’est que d’aimer – et de perdre – l’écrivain le plus célèbre de sa génération...(4eme de couverture )

hemingway 4 femmes.jpg

Hadley, Fife, Martha , Marie , quatre femmes....Épouse après épouse, après épouse...Toutes l'on aimé....

hemingway 7.jpg

" Perdre sa capacité à écrire, c'était perdre sa capacité à libérer son esprit de ses angoisses. Ecrire, c'était entrer dans une maison magnifique : un lieu propre et éclairé où la lumière tombait en de grands faisceaux blanc sur de beaux parquets en bois. Ecrire, c'était se sentir chez soi, c'était y voir clair. "

martha-gellhorn_5475674.jpg

"Ernst est sur le point de dire quelque chose mais se retient. Martha pense que c'est typique d' Ernest: il veut sa femme, il veut sa maîtresse, il veut tout ce qui est à sa portée. Il est avide de femmes mais surtout il ne connaît pas ses vrais besoins, alors dans le doute il essaie d'attraper tout ce qui passe. Épouse après épouse après épouse. Ce n'est pas une épouse qu'il lui faut; c'est une mère!"

Mrs-Hemingway.9.jpg

 Une belle écriture ,Naomi Wood nous offre un beau portrait et témoignage de ces quatre femmes de l'écrivain , un roman ou on découvre un autre homme....

mrs10.jpg

Ernest Hemingway et Martha Gellhorn, jeunes mariés au Stork Club, à New York, en 1941.

 

"il  s’accorde sur un point: sa fragilité. Hadley Richardson aura été la première à la déceler: "Elle sait qu’il doit lutter contre ses démons et la dépression (…) c’est souvent la nuit qu’il souffre le plus, qu’il entre dans un monde où rien n’a de sens. Puis vient le jour, il va bien, il est joyeux et immensément intéressé par les mots et par l’art, il s’efforce d’écrire au plus près de l’os".

Puis Martha Gelhorn "Elle sait qu’il a peur de la solitude, du caractère brutal de sa tristesse, mais il y a autre chose qu’elle ne parvient pas à nommer, et lui non plus. Il y a dans ce gouffre aussi dur que le quartz, quelque chose d’avarié".

Une fêlure que Naomi Wood suggère sans jamais s’appesantir laissant à ce géant des lettres américaines nobelisé en 1954 toute sa puissance et son mystère.

Journaliste elle aussi la dernière Mrs Hemingway, Mary Welsh, accompagnera l’écrivain jusqu’à son suicide en 1961 dans l’Idaho."  un extrait de Alexandra Lemasson " les lectures d'Alexandra"

 

emingway5.jpg

Photos trouvées sur le net

 

 

 

 

Commentaires

Hemmingway, un écrivain qui m'avait toujours séduit. Sa littérature,est parfois sombre, profonde, mais toujours passionnante. "Le vieil homme et la mer", "Pour qui sonne le glas", "l'Adieu aux armes" étaient ses trois romans les plus classiques. Pour son suicide, c'était comme un sortilège et une malédiction dans sa famille : Son père, son fils et sa sœur aussi s'étaient suicidés.
Bisous Noëlle

Écrit par : bizak | 08/02/2018

Quel personnage et quel destin!! Et ce côté là de sa personnalité est très bien exploité et conté! Très bon week end à toi avec les quatre femmes de ce monstre sacré!

Écrit par : alezandro | 10/02/2018

Bizak, alezandro, merci !
"Le vieil homme et la mer", "Pour qui sonne le glas", "l'Adieu aux armes" ...lus , il y a longtemps...envie de les relire...
Bisous , bonne journée !

Écrit par : noelle | 10/02/2018

"le vieil homme et la mer"... Je ne me souviens que de ce roman, qui est une espèce de fable, une sorte d'allégorie de la vie même... Une métaphore assez bouleversante... Qui pourrait à elle seule expliquer son suicide. Je ne pense pas que le suicide soit contagieux, il est en latence chez certains êtres, mais il n'est pas contagieux, et on ne peut pas dire qu'il soit une malédiction familiale... Je ne le crois pas. Bises Noëlle, et bon week-end

Écrit par : eva | 10/02/2018

"Il s'efforce d'écrire au plus près de l'os" jolie expression pleine de sens !

Écrit par : annart' | 13/02/2018

Écrire un commentaire