30/04/2012

Melancholia , Victor Hugo

victor hugo,melancholiaMelancholia (extrait)


Où vont tous ces enfants dont pas un seul ne rit ?
Ces doux êtres pensifs que la fièvre maigrit ?
Ces filles de huit ans qu'on voit cheminer seules ?
Ils s'en vont travailler quinze heures sous des meules ;
Ils vont, de l'aube au soir, faire éternellement
Dans la même prison le même mouvement.
Accroupis sous les dents d'une machine sombre,
Monstre hideux qui mâche on ne sait quoi dans l'ombre,
Innocents dans un bagne, anges dans un enfer,
Ils travaillent. Tout est d'airain, tout est de fer.
Jamais on ne s'arrête et jamais on ne joue.
Aussi quelle pâleur ! la cendre est sur leur joue.
Il fait à peine jour, ils sont déjà bien las.
Ils ne comprennent rien à leur destin, hélas !
Ils semblent dire à Dieu : « Petits comme nous sommes,
Notre père, voyez ce que nous font les hommes ! »
O servitude infâme imposée à l'enfant !
Rachitisme ! travail dont le souffle étouffant
Défait ce qu'a fait Dieu ; qui tue, œuvre insensée,
La beauté sur les fronts, dans les cœurs la pensée,
Et qui ferait - c'est là son fruit le plus certain ! -
D'Apollon un bossu, de Voltaire un crétin !
Travail mauvais qui prend l'âge tendre en sa serre,
Qui produit la richesse en créant la misère,
Qui se sert d'un enfant ainsi que d'un outil !
Progrès dont on demande : « Où va-t-il ? que veut-il ? »
Qui brise la jeunesse en fleur ! qui donne, en somme,
Une âme à la machine et la retire à l'homme !
Que ce travail, haï des mères, soit maudit !
Maudit comme le vice où l'on s'abâtardit,
Maudit comme l'opprobre et comme le blasphème !
O Dieu ! qu'il soit maudit au nom du travail même,
Au nom du vrai travail, sain, fécond, généreux,
Qui fait le peuple libre et qui rend l'homme heureux !

    Victor Hugo, Les Contemplations, Livre III

Melancholia (extrait)

victor hugo,melancholiaEn 1856, Victor Hugo, poète militant, publie Melancholia, toute sa vie, il luttera contre toute forme d'injustice sociale.

"Pour les Français, le XIXe c’est lui.  Et pour le monde,  la France c’est le romancier des Misérables, le pourfendeur de la tyrannie, de la peine de mort, de toutes les oppressions. “Je n’ai qu’une patrie, disait Hugo, la lumière.”Le 1er juin 1885, un peuple immense se presse aux funérailles de l’homme qui si longtemps lui a prêté sa voix. Et cette voix peut tout dire avec feu :  l’amour et la haine,  la vengeance et le pardon,  la colère et la pitié,  la tristesse et l’espoir, le réel et l’imaginaire, le plein soleil et la bouche d’ombre. Du rocher de Guernesey ou de la tribune des assemblées, la voix de Victor Hugo résonne puissante pour dénoncer les hontes, comme celle de l’exploitation des enfants. 

Posté par Arion le 8/10/2009 (LIRE)

victor hugo,melancholia


14:44 Publié dans poesie | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : victor hugo, melancholia

Commentaires

Grand bonhomme que celui là Noelle...ce matin, je suis allé faire quelques clichés de Jean Jaurès, sur la place qui porte son nom...yes ! bisou, bon après midi.

Écrit par : le Pierrot | 30/04/2012

Il n'a pas lutter toute sa vie "contre toute forme d'injustice sociale". Poète, oui...Militant, j'en doute.
Victor Hugo, un monument, nous avions étudié sa vie, son oeuvre, en avions conclu qu'il avait 2 faces.
Bientôt cinquante ans...
Une anecdote encore plus ancienne, en 6ème ou en 5ème j'avais signé une dictée "Victor Mégo(t)"....Tous les moyens sont bons pour devenir le "président de la cour...."

Écrit par : alsacop | 30/04/2012

On va dire poète romantique qui a eu des combats... abolition de la peine de mort, réforme de la magistrature, défense des droits de la femme, instruction obligatoire et gratuite, création des États-Unis d’Europe....

Écrit par : noelle | 30/04/2012

Écrire un commentaire