Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/02/2017

Paul et clemence

c2a9-marcel-imsand-paul-et-clc3a9mence-1982.jpg

Au détour d’un chemin, ce jour gris de 1970, le photographe Imsand aperçoit devant lui une étrange silhouette. L’homme est chargé. Dans la main droite: un bidon à lait. Et dans la gauche… un géranium! Marcel se porte à hauteur de l’inconnu. Ainsi commence la rencontre de Marcel Imsand et de Paul Leiser.
Trente-six années se sont écoulées… mais «Paul et Clémence» garde toute son actualité...

 

Paul-et-Clémence-Les-Dailles©-Marcel-Imsand-Fondation-Pierre-Gianadda.jpg

© Marcel Imsand © Musée de l'Elysée, Lausanne

"Les vieux ne parlent plus ou alors seulement parfois du bout des yeux"...

.

Promeneur solitaire, réfractaire à toutes les modes, c’est l’homme d’un regard attentif aux choses et aux gens, qui saisit la poésie des paysages et la fulgurance des instants emprunts de beauté. ( Daniel Girardin)

 Marcel IMSAND  Paul et Clémence

Paul Leiser était un homme rebelle, philosophe et solitaire qui vivait avec sa servante Clémence aux limites de la misère dans une ferme isolée aux Dailles, près de La Sarraz, dans le canton de Vaud. Le reportage «Paul et Clémence» est né de l’amitié qui se noua pendant dix ans, jusqu’à la mort, entre le photographe et ces deux personnages. «Au yeux d’un observateur froid, raconte l’écrivain Bertil Galland, Leiser ne pouvait passer que pour un pauvre vieillard ratiocinant et vaticinant, un philosophe sans œuvre, un cultivateur sans fruits. Mais pour Marcel Imsand, Paul Leiser fut l’homme qui avait eu le courage de sa solitude, entre les anémones du printemps et les mélancoliques pluies d’automne.» 

La série «Paul et Clémence» appartient au Musée de l’Élysée, Lausanne.

 

Paul.jpg

 

 

Paul 2.jpg

Les vieux ne bougent plus leurs gestes ont trop de rides leur monde est trop petit
Du lit à la fenêtre, puis du lit au fauteuil et puis du lit au lit


Et s'ils sortent encore bras dessus bras dessous tout habillés de raide

imsand-fenetre.jpg

Les vieux ne meurent pas, ils s'endorment un jour et dorment trop longtemps
Ils se tiennent par la main, ils ont peur de se perdre et se perdent pourtant...."

 

Quelques mots de Brel, "les vieux"

Les photos , la tendresse de Marcel IMSAND

 

Commentaires

Très impressionnant et émouvant, la vie de ce couple pauvre peut être mais libre assurément. merci Noene

Écrit par : bizak | 13/02/2017

C'est très touchant, les mots et les photos.

Écrit par : Solange | 13/02/2017

C'est, en effet, très touchant... Bisous Noëlle.

Écrit par : Cathy | 15/02/2017

Bisou merci de tes passages moi toujours en pointillé !!!!!!!! mais ça va mieux

Écrit par : mamita | 17/02/2017

Oui, c'est d'une grande poésie, mais ça, c'était avant... Maintenant on ne laisse plus les vieux s'endormir tout seul et tranquillement : on les met dans une maison de retraite, on les soigne, on les prolonge, on les oblige à vivre... Et comme me disait un jour un vieil homme malade et digne : "si la naissance est une épreuve difficile, il est encore plus difficile et long de mourir..."
Je t'embrasse Noëlle

Écrit par : eva | 18/02/2017

Écrire un commentaire