Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/09/2021

J'ai aimé

arditi2.jpg"Acre, quartier juif, 1078. Avner, qui a quatorze ans, pêche avec son père. À l’occasion d’une livraison à un monastère, son regard tombe sur une icône. C’est l’éblouissement. « Il ne s’agit pas d’un portrait mais d’un objet sacré, lui dit le supérieur du monastère. On ne peint pas une icône, on l’écrit, et on ne peut le faire qu’en ayant une foi profonde ».


Avner n’aura de cesse de pouvoir « écrire ». Et tant pis s’il n’a pas la foi, il fait comme si, acquiert les techniques, apprend les textes sacrés, se fait baptiser, quitte les siens. Mansour, un marchand ambulant musulman, le prend sous son aile. C’est l’occasion d’un merveilleux voyage initiatique d’Acre à Nazareth, de Césarée à Jérusalem, puis à Bethlehem, jusqu’au monastère de Mar Saba, en plein désert de Judée, où Avner reste dix années où il devient l’un des plus grands iconographes de Palestine.

Refusant de s’astreindre aux canons rigides de l’Eglise qui obligent à ne représenter que Dieu et les saints, il ose reproduire des visages de gens de la vie ordinaire, cherchant dans chaque être sa part de divin, sa beauté. C’est un triomphe, c’est un scandale. Se prend-il pour un prophète ? Il est chassé, son œuvre est brûlée. Quel sera le destin final d’un homme qui a osé défier l’ordre établi ?" ( 4ieme de couverture)

Le roman de l’artiste qui, envers et contre tous les ordres établis, tente d’apporter de la grâce au monde.

 

arditi4.jpgAprès le Turquetto ,

arditi5.jpg

arditi7.png

arditi3.jpg

 

 

 

"La distance est mère de toutes les sagesses. Colle ton nez à un arbre. Que vois-tu de lui ? Un bout d'écorce. Recule de dix pas et tu le découvriras dans toute sa beauté. Colle-toi à quelqu'un. Qu'arriveras-tu à discerner ? Peu de chose..."

 

j'ai aimé ce voyage, cet homme, un auteur d'icone

 

arditi9.jpg


                                                                          L'Apostrophée
                                                              L'homme qui peignait les âmes - Metin Arditi - L'Apostrophée

 

 

 

  

 

 

 

19:51 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (6)

Commentaires

merci pour ces conseils de lecture, les peintres ont souvent essuyé les plâtres des visions nouvelles qu'ils offraient aux regards, et ceci jusqu'à il n'y a pas longtemps...

Écrit par : thé ache | 30/09/2021

peindre l'âme ou peindre avec l'âme
c'est mon rêve
muchos besos
tilk

Écrit par : tilk | 01/10/2021

J'ai beaucoup aimé ta page!

On peint avec son âme

Écrit par : Marie minoza | 01/10/2021

ça donne envie de le lire !!!
muchas gracias
muchos besos
tilk

Écrit par : tilk | 04/10/2021

thé ache De Metin Arditi, j'ai beaucoup aimé " Le Turquetto" un élève prodige de Titien, au environ de 1515...
"peindre avec l'âme", Tilk, tu le fais !
Marie minoza , merci !
Bises

Écrit par : noelle | 04/10/2021

Tes réflexions à partir de ce livre donne envie de le lire...

Écrit par : Marie minoza | 20/10/2021

Écrire un commentaire