Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/03/2022

Une photo, quelques mots....

Bansky.jpg

Vraiment, je vis en de sombre temps !
Un langage sans malice est signe De sottise, un front lisse D’insensibilité.
Celui qui rit N’a pas encore reçu la terrible nouvelle.
Que sont donc ces temps, où
Parler des arbres est presque un crime
Puisque c’est faire silence sur tant de forfaits !
Celui qui là-bas traverse tranquillement la rue
N’est-il donc plus accessible à ses amis
Qui sont dans la détresse ?
C’est vrai : je gagne encore de quoi vivre.
Mais croyez-moi : c’est pur hasard.
(...)
Je vécus dans les villes au temps des désordres et de la famine
Je vécus parmi les hommes au temps de la révolte
Et je m'insurgeais avec eux
Ainsi passa le temps qui me fut donné sur la Terre
Je mangeais en pleine bataille
Je me couchais parmi des assassins
Négligemment je faisais l'amour et je dédaignais la nature
Ainsi passa le temps qui me fut donné sur la Terre
De mon temps les rues conduisaient aux marécages
La parole me livra aux bourreaux
J'étais bien faible mais je gênais les puissants
Ou du moins je le crus
Ainsi passa le temps qui me fut donné sur la Terre
Les forces étaient comptées
Le but se trouvait bien loin il était visible pourtant
Mais je ne pouvais pas en approcher
Ainsi passa le temps qui me fut donné sur la Terre
Vous qui surgirez du torrent où nous nous sommes noyés
Songez quand vous parlez de nos faiblesses
A la sombre époque dont vous êtes sortis
Nous traversions les luttes de classes
Changeant de pays plus souvent que de souliers
Désespérés que la révolte ne mît pas fin à l'injustice
Nous le savons bien
La haine de la misère creuse les rides
La colère de l'injustice rend la voix rauque
Ô nous qui voulions préparer le terrain de l'amitié
Nous ne sûmes pas devenir des amis
Mais vous quand l'heure viendra où l'homme aide l'homme
Pensez à nous avec indulgence
.
Bertolt BRECHT, À ceux qui viendront après nous, 1939.
 
 

 

14:34 Publié dans TRISTESSE | Lien permanent | Commentaires (11)

Commentaires

Terrible constat... Tout cela est d'une tristesse accablante ! Je t'embrasse ma Noëlle

Écrit par : eva | 06/03/2022

Eva ,Oui, effroyable et pas beaucoup d'espoir..je t'embrasse aussi

Écrit par : noelle | 06/03/2022

dans une perspective néantisée les tournesols de Vincent (car c'est ainsi qu'il signait)... depuis ses toiles se vendent à des sommes astronomiques, regarder le jour et voir la nuit qui se dessine derrière quand ceux qui décident ne voient que des chiffres et des moyens de garder le pouvoir...

Écrit par : thé ache | 06/03/2022

Quand les hommes vivront d'amour!

paroles et musique: Raymond Lévesque

Quand les hommes vivront d’amour,
Il n’y aura plus de misère
Et commenceront les beaux jours
Mais nous nous serons morts, mon frère

Quand les hommes vivront d’amour,
Ce sera la paix sur la terre
Les soldats seront troubadours,
Mais nous nous serons morts, mon frère

Est-ce que des fleurs soleil renaîtront des ruines de nos guerres?

Écrit par : Marie minoza | 14/03/2022

Marie,j'espère que "des fleurs soleil renaîtront des ruines de nos guerres "
Merci Marie, merci thé ache ,images toujours aussi terrifiantes

Écrit par : noelle | 16/03/2022

Bonjour Noëlle, merci pour ce beau texte tellement d'actualité et sinon ce carré de tournesols dans un fond gris bleu, c'est frappant. Bonne après-midi.

Écrit par : dasola | 02/05/2022

Merci Dasola," texte tellement d'actualité" et qui reste d'une actualité terrifiante.

Écrit par : noelle | 10/05/2022

des temps de m... dans un monde de m... parfois l'art ...
muchos besos
tilk

trouver tout de même la force de ...

Écrit par : tilk | 11/05/2022

Tu as raison Tilk, la barbarie n'a jamais disparue
Des bises

Écrit par : noelle | 18/05/2022

Coucou Noëlle, me revoilà...
Merci pour ce texte que je ne connaissais pas, merci à Marie pour son commentaire qui a aussi été chanté.
Je t'embrasse.

PS: je n'arrive pas à te retrouver sur fb

Écrit par : Louis-Paul | 08/06/2022

Louis Paul, heureuse de te retrouver !
Sur fb ce sera plus difficile ! on se retrouvera et on se perdra très vite ! toujours des problèmes !
Samedi départ pour les Pyrénées

Je t'embrasse

Écrit par : noelle | 16/06/2022

Écrire un commentaire