Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/12/2017

Ma Reine

Partir pour grandir...

Un moment d'émotion , plein de poésie, de tendresse...

 

 

livre 2.png

 

"Ma reine

est l’histoire d’un garçon différent qui rêve qu’on le laisse grandir comme les autres.

Celle d’un esprit simple bien décidé à prendre son destin en main en quittant des parents qui projettent de le placer dans un établissement adapté. C’est aussi une histoire de rencontres réelles ou fantasmées.

D’abord avec une petite reine auto-proclamée, adorable fée malicieuse justement nommée Viviane, qui va lui faire connaître ses premières émotions amoureuses. Puis avec un berger mutique et bourru qui va enfin le considérer comme celui qu’il aimerait être.

De digressions naïves en vérités profondes, le récit de Shell, surnom que l’adolescent doit au précieux blouson de pompiste estampillé de la célèbre marque d’essence qu’il ne quitte jamais, oscille alors entre poésie naturaliste et onirisme mélancolique pour mieux libérer une pensée bien plus complexe qu’elle n’en a l’air."(4eme de couverture))

ma reine jean baptiste andrea

 

extraits

"Ici dans la vallée l'été n'avait pas l'air de savoir qu'il allait bientôt devoir s'en aller Personne ne lui avait rien dit et il s'était installé confortablement. "

"A la récréation je restais tout seul et lui aussi alors à force on s'était dit que tant qu'à faire, autant rester tout seuls ensemble. on ne se l'était pas dit avec des mots , mais c'était arrivé."

 

" Au dîner j'ai annoncé à mes parents :
- je m'en vais.
Mon père n'a pas répondu parce que son feuilleton venait de commencer. M a mère m'a dit de finir mes lentilles et de ne pas parler la bouche pleine. C'était tant mieux au fond, parce que s'ils m'avaient ordonné de rester je me serais dégonflé."

 

ma reine jean baptiste andreaLe pitch pour donner envie au lecteur de lire votre livre ? ( question à Jean Baptiste Andrea par Laurence  Houot)

"Je trouve le monde très pessimiste. On ne parle que de ce qui va mal (et bien sûr, nombre de choses vont mal). Nous perdons par habitude, ou par paresse, notre capacité d'enchantement. Je ne dis pas que nous sommes incapables d’émerveillement, au contraire.

Un paysage peut nous exalter, quelques notes de musiques, une relation… Tout le monde en fait l’expérience. Mais nous avons du mal à "retenir" ces moments. Ils ne nous rendent pas meilleurs et ne changent pas nos vies. Bien vite, le quotidien reprend ses droits. Je voulais donc raconter l’histoire d’un enfant qui lui, retient tous les bonheurs qu’il rencontre – certains sont pourtant bien minces. J’espère que les lecteurs, une fois le livre refermé, auront un peu de ce héros en eux. Qu’il rajeunira leurs yeux comme il a rajeuni les miens.

Ma reine est une ode à la liberté, à l’imaginaire, à la différence. Jean-Baptiste Andrea y campe des personnages cabossés, ou plutôt des êtres en parfaite
harmonie avec un monde où les valeurs sont inversées, et signe un conte initiatique tendre et fulgurant.

Jean-Baptiste Andrea est né en 1971. Il est réalisateur et scénariste. Ma reine est son premier roman.( le mot de l'éditeur)

ma reine jean baptiste andrea

 

"j’ai voulu la pluie. Je l’ai tant voulue que quand elle est venue, je ne savais plus comment l’arrêter. C’était une grosse pluie rose, vert, bleu, elle prenait la couleur d’un rien. Elle assommait les oiseaux. Il a plu comme ça pendant je ne sais pas combien de temps. Les vieux disaient qu’ils n’avaient jamais vu ça. Ils parlaient de leurs ancêtres et de Dieu
 et du ciel et de tout sauf de la raison de la pluie : moi.je l'avais appelée pour tout balayer,j'étais debout au milieu du plateau et je riais, elle emportait tout vers la vallée dans les fleuves de la colère, tous mes ennemis, tous ceux qui n'avaient jamais cru en moi.j'ai vu passer une chaussure de clown, adieu Malocchio !Et puis j'ai vu passer une petite robe bleue, c'est là que j'ai essayé de tout arrêter mais c'était trop tard,alors j'ai plongé pour aller la chercher." p.210

Peinture Helène Mongin

Commentaires

Je crois que je vais essayer de le trouver celui-ci !
Merci Noëlle pour la découverte.
Bises

Écrit par : annart' | 03/12/2017

Anne, j'ai beaucoup aimé aussi "La petite fille de Monsieur Linh" une très jolie histoire!
Je t'embrasse

Écrit par : noelle | 03/12/2017

Tu me donnes l'eau à la bouche, Noelle, avec ton excellent résumé de la vie de ce héros, un héros normal, peut être différent des autres mais tellement humain, dans le sens où il se donne la chance pour relever tant de défis et ne jamais baisser les bras. Oui dans la vie, il n'y a pas que des déceptions, mais beaucoup de choses à découvrir qui sont belles, en ayant en tête l'envie d'aller loin malgré les difficultés qui peuvent surgir ça et là et continuer malgré tout. Merci Noelle pour la présentation de ce roman, de Jean-Baptiste Andrea.

Écrit par : bizak | 03/12/2017

....sans oublier mes bises, Noelle.

Écrit par : bizak | 03/12/2017

Au cœur de l'été 1965...un conte très tendre, oui, bizak, tu vas aimer , tout est poesie, même ce petit verre d'eau de vie qui " sentait les prés après la pluie, les fleurs mouillées, mais avec une amertume derrière qui disait que l'orage n'était pas complètement passé..." et , c'est une rencontre, un premier amour ...
Bises

Écrit par : noelle | 03/12/2017

Ouh là ! Celui-là va me plaire surement beaucoup ! Merci Noëlle. Je me l'offrirai bientôt. Je te souhaite une belle journée et je t'embrasse.

Écrit par : Cathy | 04/12/2017

Merci Cathy ! je t'embrasse, bonne journée !

Écrit par : noelle | 04/12/2017

Ça semble bien intéressant, merci pour le résumé.

Écrit par : Solange | 04/12/2017

Voilà un livre qui devrait nous réapprendre l'enchantement! Merci de cette trouvaille et bon week end à toi!

Écrit par : alezandro | 09/12/2017

Un petit, tour du dimanche et dire que malgré mes silence je pense fort a vous A bientôt mes amis

Écrit par : mamita | 10/12/2017

Écrire un commentaire