Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/09/2021

J'ai aimé

arditi2.jpg"Acre, quartier juif, 1078. Avner, qui a quatorze ans, pêche avec son père. À l’occasion d’une livraison à un monastère, son regard tombe sur une icône. C’est l’éblouissement. « Il ne s’agit pas d’un portrait mais d’un objet sacré, lui dit le supérieur du monastère. On ne peint pas une icône, on l’écrit, et on ne peut le faire qu’en ayant une foi profonde ».


Avner n’aura de cesse de pouvoir « écrire ». Et tant pis s’il n’a pas la foi, il fait comme si, acquiert les techniques, apprend les textes sacrés, se fait baptiser, quitte les siens. Mansour, un marchand ambulant musulman, le prend sous son aile. C’est l’occasion d’un merveilleux voyage initiatique d’Acre à Nazareth, de Césarée à Jérusalem, puis à Bethlehem, jusqu’au monastère de Mar Saba, en plein désert de Judée, où Avner reste dix années où il devient l’un des plus grands iconographes de Palestine.

Refusant de s’astreindre aux canons rigides de l’Eglise qui obligent à ne représenter que Dieu et les saints, il ose reproduire des visages de gens de la vie ordinaire, cherchant dans chaque être sa part de divin, sa beauté. C’est un triomphe, c’est un scandale. Se prend-il pour un prophète ? Il est chassé, son œuvre est brûlée. Quel sera le destin final d’un homme qui a osé défier l’ordre établi ?" ( 4ieme de couverture)

Le roman de l’artiste qui, envers et contre tous les ordres établis, tente d’apporter de la grâce au monde.

 

arditi4.jpgAprès le Turquetto ,

arditi5.jpg

arditi7.png

arditi3.jpg

 

 

 

"La distance est mère de toutes les sagesses. Colle ton nez à un arbre. Que vois-tu de lui ? Un bout d'écorce. Recule de dix pas et tu le découvriras dans toute sa beauté. Colle-toi à quelqu'un. Qu'arriveras-tu à discerner ? Peu de chose..."

 

j'ai aimé ce voyage, cet homme, un auteur d'icone

 

arditi9.jpg


                                                                          L'Apostrophée
                                                              L'homme qui peignait les âmes - Metin Arditi - L'Apostrophée

 

 

 

  

 

 

 

19:51 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (5)

28/09/2021

" m' en allant par la bruyère...

20210926_164053.jpg

" m' en allant par la bruyère pour cueillir la fleur dernière qui pousse au milieu du vent"

20210926_164415.jpg

                                                       M’en allant par la bruyère
-                                                        Buisson rouge, buisson blanc
                                                      Pour cueillir la fleur dernière

bruyère7.JPG

Buisson rouge, buisson jaune, buissons au loin buissonnant.

bruyère9.jpg

Balade pour un petit bouquet de bruyère

Quelques mots de Marie Noel

allée.JPG

                                                          " J'ai cueilli ce brin de bruyère

                                                            L'automne est morte souviens - t'en
                                                              Nous ne nous verrons plus sur terre
                                                              Odeur du temps Brin de  bruyère
                                                                   Et souviens- toi que je t'attends"

 

                                                                              Guillaume Apollinaire

bruyère18.jpg

bruyère14.jpg

 

                                                                    

                                                                 
                                                              
                                                               
                                                                

                                          

 

 

 

13:41 Publié dans Balade | Lien permanent | Commentaires (4)

22/09/2021

Raconte moi la mer...

 

20210913_172210.jpg

                                                              Raconte-moi la mer, dis-moi le goût des algues
                                                              Et le bleu et le vert qui dansent sur les vagues
 
                                                                 La mer c'est l'impossible, c'est le rivage heureux
                                                                C'est le matin paisible quand on ouvre les yeux

                                                                 C'est la porte du large ouverte à deux battants

20210913_172226.jpg


                                                                 C'est la tête en voyage vers d'autres continents
                                                                  C'est voler comme Icare au-devant du soleil
                                                                 En fermant sa mémoire à ce monde cruel

                                                                La mer c'est le désir de ce pays d'amour
                                                                       Qu'il faudra découvrir avant la fin du jour 

20210915_173312.jpg

                                                             Raconte-moi la mer, dis-moi ses aubes pâles
                                                             Et le bleu et le vert où tombent des étoiles
 
                                                                La mer c'est l'innocence du paradis perdu
                                                              Le jardin de l'enfance où rien ne chante plus

                                                               C'est l'écume et le sable, toujours recommencés
                                                                  Et la vie est semblable au rythme des marées

20210915_162928.jpg


                                               C'est l'infinie détresse des choses qui s'en vont
                                                   C'est tout ce qui nous laisse à la morte saison

                                                      La mer c'est le regret de ce pays d'amour
                                                       Que l'on cherche toujours et qu'on n'atteint jamais

20210919_140908.jpg

                                                     Raconte-moi la mer, dis-moi le goût des algues
                                                              Et le bleu et le vert qui dansent sur les vagues.
                                                     
                                                        Paroles: Claude Delecluse, musique: Jean Ferrat

20210915_162341.jpg

Le chemin ,la plage d'amelie les bains soulac sur mer

Quelques jours....

10:25 Publié dans Balade | Lien permanent | Commentaires (5)

08/09/2021

Quelques jours....a bientôt !

pause.jpg

"                                                         " je marche éternellement sur ces rivages

                                        entre le sable et l'écume

Pause4.jpg

 

                               Le flux de la marée effacera l'empreinte de mes pas et 

                                       le    vent emportera l'écume....

                                               Khalil Gibran

DSC01729.JPG

 

 

 

 

A bientôt, je vous embrasse

DSC01741.JPG

Quelques photos du Pyla

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

01/09/2021

Un banc

20210708_165036.jpg

"Quand sur notre vieux banc tout verdâtre de mousse,
Sur le banc d'autrefois nous reviendrons causer." 

Là, c'est le banc de l'été

Juin juillet 2016 Luchon 409 (2017_02_14 18_59_01 UTC).JPG

Sur ce sentier....

20210708_165844.jpg

Départ du petit village de St Aventin

20210708_171102.jpg

 On le suivra jusqu'à l'église de Benqué dessus

20210708_155320.jpg

 

On retrouvera bientôt le banc de l'automne

banc7.jpg

Dans ce coin de bruyère

Banc8.jpg

Il est là, aussi , sur les sentiers de balades....

banc14.jpg

 

 

Le long de l'eau bourde

banc.jpg

banc15.jpg

Face à l'étang

"Quand sur notre vieux banc tout verdâtre de mousse,
Sur le banc d'autrefois nous reviendrons causer.

banc4.jpg

Notre banc du Lac d'Ôo

"Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille,
Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs,
Au mois de mai, dans le jardin qui s'ensoleille,
Nous irons réchauffer nos vieux membres tremblants.
Comme le renouveau mettra nos coeurs en fête,
Nous nous croirons encore aux jours heureux d'antan,
Et je te sourirai tout en branlant la tête
Et tu me parleras d'amour en chevrotant.
Nous nous regarderons, assis sous notre treille,
Avec de petits yeux attendris et brillants,
Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille
Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs."

 


Quelques mots de Rosemonde Gerard " l'éternelle chanson "1871-1933

                                                    Photos, des balades

blog 9.jpg


                                                       

 

19:25 Publié dans Balade | Lien permanent | Commentaires (10)