Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/08/2016

Regarder

cornel pufan 4.jpg

                                                                   Regarder

                                                                  Avant de regarder
                                                                  Par la fenêtre ouverte,

                                                                    Je ne sais pas
                                                                       Ce que ce sera.

                                                                   Ce n’est pas
                                                                   Que ce soit la première fois.

                                                                    Depuis des années
                                                                   Je recommence

                                                                   Au même endroit
                                                                   Par la même fenêtre.

                                                                   Pourtant je ne sais pas
                                                                   Ce que mon regard, ce soir,

                                                                    Va choisir dans cette masse de choses
                                                                       Qui est là,
                                                                                 Dehors.

                                                                          Ce qu’il va retenir
                                                                        Pour son bien-être.

                                                                       Il peut aller loin.

                                                                       Peu de couleurs.
                                                                          Peu de courbes.

                                                                      Beaucoup de lignes.
                                                                            Des formes,

                                                                          Accumulées
                                                                         Par des générations.

                                                                       Je laisse à mon regard
                                                                       Beaucoup de temps,

                                                                         Tout le temps qu’il faut.

                                                                         Je ne le dirige pas.
                                                                             Pas exprès.

                                                                         J’espère que ce soir
                                                                           Il va trouver de quoi :

                                                                               Par exemple
                                                                               Un toit, du ciel.

                                                                             Et que je vais pouvoir
                                                                              Agréer ce qu’il a choisi,

                                                                              L’accueillir en moi,
                                                                               Le garder longtemps.

                                                                               Pour la gloire
                                                                                De la journée.

                                                                                  (Guillevic)

Photo Cornel Pufan

 

DSC01378.JPG

 De "ma" fenêtre...

DSC01375.JPG

Fenêtre de la petite cabane.....une rando, les Pyrénées

DSC01377.JPG

 



11:27 Publié dans poesie | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : un poème, des photos

01/08/2016

Au cirque de la Glère....

DSCI0865.JPG

Départ de l'Hospice de France

DSCI0728.JPG

et sentier de l'Impératrice....

DSCI0837.JPG

DSCI0838.JPG

 

DSCI0844.JPG

Superbe rando à travers la forêt....

DSCI0854.JPG

Dans les pas des voyageurs....  Au XIIIe siècle, le Port de la Glère était le point de passage obligé entre l’hospice de St Jean de Jouéou et l’hospice de Benasque....

DSCI0855.JPG

Au cirque de la Glère ,  "La photo"...

DSCI0875.JPG

Juillet 2016

Et juillet 1966

arrivee eglise.jpg

"Nos" 50 ans

petite eglise66.jpg

 

DSCI0879.JPG

17/06/2016

Bientôt un départ...

Luchon juin juillet 2013 022.JPG

Samedi 25 ,départ pour les Pyrénées....

Ces derniers jours , nous étions là, sur les hauteurs de Sare

20160605_093541.jpg

20160609_101737.jpg

Nous avons retrouvé les sentiers des  Palombières....

20160605_171420.jpg

DSCI0098.JPG

Le petit village de Zugaramurdi

DSCI0163.JPG

DSCI0157.JPG

Balades autour de Sare , sur les sentiers d' Ascain, d' Ainhoa, de St jean pied de port, de Bidaray...

DSCI0106.JPG

DSCI0204.JPG

 

« Ici, dans mon Pays Basque, je me sens à ma place, comme un arbre adapté à son territoire, sur son terrain, mais dont les bras s’ouvrent au monde entier. »  Eduardo Chillida

DSCI0119.JPG

 

A bientôt

Je vous embrasse

0278.JPG

23/05/2016

Le rapport de Brodeck

brodeck.jpg

« Je m’appelle Brodeck et je n’y suis pour rien. Je tiens à le dire. Il faut que tout le monde le sache. Moi je n’ai rien fait, et lorsque j’ai su ce qui venait de se passer, j’aurais aimé ne jamais en parler, ligoter ma mémoire, la tenir bien serrée dans ses liens de façon à ce qu’elle demeure tranquille comme une fouine dans une nasse de fer.

Mais les autres m’ont forcé : « Toi, tu sais écrire, m’ont-ils dit, tu as fait des études. » J’ai répondu que c’étaient de toutes petites études, des études même pas terminées d’ailleurs, et qui ne m’ont pas laissé un grand souvenir. Ils n’ont rien voulu savoir : « Tu sais écrire, tu sais les mots, et comment on les utilise, et comment aussi ils peuvent dire les choses […]. »(4eme de couverture )

le rapport de brodeck philippe claudel

Un extrait p.375

"Quelles contrées traversions-nous ? Existaient-elles sur les cartes ?
Aujourd’hui, je sais qu’elles n’existaient sur aucune carte, mais qu’elles naissaient au fur et à mesure que le wagon roulait sur elles. Le wagon, et tous les autres wagons semblables au nôtre, dans lesquels, comme dans le nôtre, des dizaines de femmes, d’enfants et d’hommes étaient dévorés par la soif, la fièvre, la faim, dans lesquels ils suffoquaient, dans lesquels ils étaient serrés les uns contre les autres, parfois morts contre vivants, le wagon et tous les autres wagons inventaient, de minute en minute, un pays, celui de l’inhumanité, de la négation de toute humanité, dont le camp allait être le cœur. C’est bien ce voyage que nous faisions, un voyage qu’aucun homme n’avait fait avant nous, je veux dire avec autant de méthode, de sérieux, d’efficacité, et qui ne laissait aucune marge à l'imprévu"

brodeck7.jpeg

Images  BD de Manu Larcenet, d'après le roman de Philippe Claudel (Médiathèque Epinay- sur- Orge , un extrait )



 

 

 

"Non loin de la frontière allemande, dans un hameau isolé et reculé du reste du monde, encore peuplé par les fantômes des camps de concentration, Brodeck, un homme taciturne rédige des rapports sur la faune, la forêt et les chemins pour l'administration. Dans cet espace marqué par les stigmates de la guerre et une méfiance viscérale, l'arrivée d'un étranger est forcément un signe de mauvais augure ; baptisé par le village, l'Anderer, "l'Autre", un homme arrivé au village quelques semaines auparavant en a d'ailleurs payé le prix de sa vie. Brodeck - arrivé sur les lieux du lunchage après les faits - est alors chargé, par les hommes du village, de rédiger un rapport afin de justifier et d'expliquer leurs actes.

 

 

brodeck.4.jpg

 

Un extrait

"Ne me demandez pas son nom, on ne l'a jamais su. Très vite les gens l'ont appelé avec des expressions inventées de toutes pièces dans le dialecte et que je traduis: Vollaugä - Yeux pleins - en raison de son regard qui lui sortait un peu du visage; De Murmelnër - Le Murmurant - car il parlait très peu et toujours d'une petite voix qu'on aurait dit un souffle; Mondlich - Lunaire - à cause de son air d'être chez nous tout en n'y étant pas; Gekamdörhin - Celui qui est venu de là-bas.

Mais pour moi, il a toujours été De Anderer - L'Autre -, peut-être parce qu'en plus d'arriver de nulle part, il était différent, et cela, je connaissais bien: parfois même, je dois l'avouer, j'avais l'impression que lui, c'était un peu moi."

"                                                          “Je m'appelle Brodeck, et je n'y suis pour rien.
                                                                         Brodeck, c'est mon nom.
                                                                                     Brodeck.
                                                                              De grâce, souvenez-vous.
                                                                                   Brodeck.”
                                                            Ainsi s'achève le roman de Philippe Claudel

Brodeck-620x350.png


Impossible d'oublier Brodeck

Coup de coeur et coup de poing pour ce récit bouleversant et terrifiant

Nature humaine absurde et cruelle , un rapport sur l’intolérance, l'ignorance , la stigmatisation de l'autre , un roman puissant

 

 

 

07/05/2016

les Ames grises

 les ames grises philippe claudel

Coup de coeur pour ce roman, très fort, poignant, bouleversant

Un petit village de province , un matin d'hiver 1917; douleurs, lâchetés,injustice....

« Elle ressemblait ainsi à une très jeune princesse de conte, aux lèvres bleuies et aux paupières blanches. Ses cheveux se mêlaient aux herbes roussies par les matins de gel et ses petites mains s'étaient fermées sur du vide. Il faisait si froid ce jour-là que les moustaches de tous se couvraient de neige à mesure qu'ils soufflaient l'air comme des taureaux. On battait la semelle pour faire revenir le sang dans les pieds. Dans le ciel, des oies balourdes traçaient des cercles. Elles semblaient avoir perdu leur route. Le soleil se tassait dans son manteau de brouillard qui peinait à s'effilocher. On n'entendait rien. Même les canons semblaient avoir gelé. - C'est peut-être enfin la paix... hasarda Grossies. - La paix mon os ! lui lança son collègue qui rabattit la laine trempée sur le corps de la fillette. »

livre.jpg

 

"Une jeune enfant est retrouvée morte, assassinée sur les berges engourdies par le gel d’un petit cours d’eau. Nous sommes en hiver 1917.

C’est la Grande Guerre. La boucherie méthodique. On ne la voit jamais mais elle est là, comme un monstre caché. Que l’on tue des fillettes, ou que des hommes meurent par milliers, il n’est rien de plus tragiquement humain.

Qui a tué Belle de Jour ? Le procureur, solitaire et glacé, le petit Breton déserteur, ou un maraudeur de passage ?
Des années plus tard, le policier qui a mené l’enquête, raconte toutes ces vies interrompues: Belle de jour, Lysia l’institutrice, le médecin des pauvres mort de faim, le calvaire du petit Breton... Il écrit avec maladresse, peur et respect. Lui aussi a son secret.

les ames grises philippe claudel

Les âmes grises sont les personnages de ce roman, tout à la fois grands et méprisables. Des personnages d’une intensité douloureuse dans une société qui bascule, avec ses connivences de classe, ses lâchetés et ses hontes.

La frontière entre le Bien et le Mal est au cœur de ce livre d’une tension dramatique qui saisit le lecteur dès les premières pages et ne faiblit jamais. Jusqu’à la dernière ligne."( 4ème de couverture)

les ames grises philippe claudel

 

 

Extrait

"La foule grossit et , on ne sait pas pourquoi , peut-etre parce que c'est toujours tres bete une foule , elle se fait menaçante , serre de plus en plus les prisonniers . Des poings se brandissent , des insultes volent , des cailloux aussi . Une foule , c'est quoi ? c'est rien , des pécores inoffensives si on leur cause les yeux dans les yeux . Mais mis ensemble , presque collés les uns aux autres , dans l'odeur des corps , de la transpiration , des haleines , la contemplation des visages , à l'affut du moindre mot , juste ou pas , ça devient de la dynamite , une machine infernale , une soupiere à vapeur prete à péter à la gueule si jamais on la touche ".

Adaptation cinématographique                    je n'ai pas vu le film

les ames grises philippe claudel

 Les âmes grises : Réalisation Yves Angelo avec Jean-Pierre Marielle, Jacques Villeret, Marina Hands
d'apres le roman de Philippe Claudel

" Sur une trame policière, grâce à des comédiens au sommet de leur talent et à un suspens mené jusqu'au bout, Yves Angelo sonde au plus profond les ressorts sublimes et misérables de l'âme humaine"

 

 

les ames grises philippe claudel

Photos trouvées sur le net

19/04/2016

La confrérie des moines volants

livre.png

 

1937. Le régime soviétique pille, vend et détruit les trésors de l'Eglise russe. Il ferme plus de mille monastères. Des centaines de milliers de prêtres et de moines sont exécutés. Les plus chanceux s'échappent, vivant cachés dans les forêts.
Voici l'histoire de Nikodime, qui, avec l'aide d'une poignée de moines-vagabonds, tente de sauver les plus beaux trésors de l'art sacré orthodoxe.( un extrait 4ème de couverture)

 

Metin Arditi restaure ici une fresque peu connue de l'histoire russe. Celle de la confrérie des moines volants. Qui a vraiment existé.

 

metin arditi la confrérie des moines volants"l creuserait un trou en lisière de la crypte, de trois pas sur trois, et profond de deux mètres. Une fois le trou creusé, il déplacerait les pierres du mur depuis l’extérieur. Il lui serait alors possible d’étayer l’accès, de l’isoler, de le recouvrir d’une trappe, et pour finir de camoufler le tout.
Il y retourna le lendemain après les matines, à une heure où il faisait encore nuit, pour ne pas être vu avec une pioche. »

 

Sur la piste des icônes , un destin tragique, émouvant récit....
   

 

livre7.jpg

 

 metin arditi la confrérie des moines volants
 
L'auteur  Né en 1945 à Ankara, Metin Arditi vit à Genève. Il préside l’Orchestre de la Suisse romande et la fondation Les Instruments de la Paix-Genève.

 
 
 
 
 
j'ai aimémetin arditi la confrérie des moines volantsmetin arditi la confrérie des moines volants

metin arditi la confrérie des moines volants

 

metin arditi la confrérie des moines volants

Photos trouvées sur le net

12/04/2016

" Compostelle malgré moi"

bm_CVT_Immortelle-randonnee-Compostelle-malgre-moi_8762.jpgle chemin....

Jean-Christophe Rufin a suivi à pied, sur plus de huit cents kilomètres, le "Chemin du Nord" jusqu'à Saint-Jacques-de-Compostelle. Beaucoup moins fréquenté que la voie habituelle des pèlerins, cet itinéraire longe les côtes basque et cantabrique puis traverse les montagnes sauvages des Asturies et de Galice.
"Chaque fois que l'on m'a posé la question : “Pourquoi êtes-vous allé à Santiago ?”, j'ai été bien en peine de répondre. Comment expliquer à ceux qui ne l'ont pas vécu que le Chemin a pour effet sinon pour vertu de faire oublier les raisons qui ont amené à s'y engager ? On est parti, voilà tout."( Un extrait 4ème de couverture )

pelerin.jpg

 

Prendre son temps....Dans la peau d'un jacquet, l'auteur , avec plein d'humour,nous raconte ses douleurs , sa solitude, ses rencontres, " son chemin"...

bidarray 031.jpg

sur ce sentier du Pays Basque, nous les avons souvent rencontrés....et dans les ruelles de St Jean Pied de Port

bidarray 050.jpg

On les retrouve là ,pour le tamponnage de leur credencial, le passeport du Pèlerin

bidarray 032.jpg

 Photos , un automne à Bidarray , là, c'est Jean- Noël...on a fait des petits bouts de chemins....

J'ai aiméRufin-Jean-Christophe-Rouge-Bresil-Livre-421791830_L.jpg

ruffin.jpg

rufin 5.jpgrufin 3.jpg

 

bidarray 062.jpg

08/04/2016

Habitations

 

DSC00616.JPG

                                                                 j'ai logé dans le merle.
                                                                   Je crois savoir comment
                                                                 Le merle se réveille et comment il veut dire
                                                                   La lumière, du noir encore, quelques couleurs,
                                                                  Leurs jeux lourds à travers
                                                                  Ce rouge qu'il se voit.

DSC00883.JPG

 

                                                           J'ai fait leur verticale
                                                           Avec les blés.
                                                           Avec l'étang j'ai tâtonné
                                                          Vers le sommeil toujours tout proche.

 

                                                                 J'ai vécu dans la fleur.
                                                                       J'y ai vu le soleil
                                                                 Venir s'occuper d'elle
                                                                Et l'inciter longtemps
                                                                A tenter ses frontières.

DSC00859.JPG

 

                                                                  J'ai vécu dans des fruits
                                                                 Qui rêvaient de durer.

 

                                                                     J'ai vécu dans des yeux
                                                                    Qui pensaient à sourire.

guillevic.jpg 2.jpg

 

 

Eugène Guillevic

                                     ("Sphère" - éditions Gallimard, 1963)

                                                             

                                                              Je viens des sources de la joie.
                                                              Je viens des sources de la nuit…
                                                             Je viens des sources de la joie :
                                                             Dans le gravier pur,
                                                               Dans la prairie verte,
                                                         J’emporte avec moi un monde d’oiseaux,
                                                             J’entraîne avec moi une chaîne de montagnes.
                                                          J’emporte avec moi le concert des merles
                                                          Des nids dans l’ombre des buissons.

DSC00907.JPG

 Photos , randos été 2015

13:59 Publié dans poesie | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : eugène guillevic

31/03/2016

Je ne suis personne

 

Monte-Stinnett-american-kestrels.jpg

                                                        je ne suis personne ! et toi?
                                                        Tu n'es personne aussi?
                                                        Alors nous sommes deux, tais toi!
                                                        Ils nous chasseraient, tu sais!

                                                         C'est terrible d'être quelqu'un!
                                                         Banal comme une grenouille
                                                        Qui crie son nom toutes la journée
                                                         A travers les marais!



                                                  

    emilypoem_original.jpg Emily Dickinson (1830-1886)

 

On ne sait jamais qu'on part - quand on part -
On plaisante, on ferme la porte
Le destin qui suit derrière nous la verrouille
Et jamais plus on n'aborde.

 

 

 

 

Photo Monté stinnett

 

 

 

 

14:48 Publié dans poesie | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : emily dickinson

25/03/2016

Une photo , un poème

 

pablo neruda ernest pignon.jpg

Quand il y a eu le coup d'état au Chili, nous avions accueilli des artistes chiliens à Paris.

Ils m'ont dit : " Tu sais, ceux qui sont restés là-bas se sentent coupés de tout ". Ils voyaient que je faisais des ateliers et des images et ils m'ont suggéré d'aller là-bas travailler avec leurs amis qui étaient restés à Santiago.

Donc, je suis allé là-bas. J'ai fait un atelier à Vitacura et là, comme une évidence, s'est imposée l'image de Pablo Neruda : il incarnait le Chili, la résistance, la poésie, tout ça. ( Ernest Pignon-Ernest)

 

 

Jose_malhoa_fado.jpg

 

 

                             Une saudade. Quoi ? C'est quoi...je ne sais pas...je l'ai cherchée
                             dans de poussiéreux dictionnaires d'autrefois,
                             dans d'autres livres aussi qui ne m'ont pas livré
                                  le sens de ce doux mot aux contours sibyllins.

                             On la dit bleue, du même bleu que les montagnes,
                             on dit qu'elle assombrit l'amour lorsqu'il est loin,
                             un noble et brave ami ( un ami des étoiles )
                              la nomme en un frisson de tresses et de mains.

                            Lisant Eça de Queiros, je la devine sans la voir
                            et son secret s'évade et sa douceur m'obsède
                            comme un papillon, corps étrange qui vole
                            à distance - et combien ! - de mon filet paisible.

                            Saudade...Ah ! dites-moi, connaissez-vous le sens
                              de ce mot blanc qui fuit comme un poisson s'éclipse ?
                             Non...mais je sens frémir son délicat frisson
                             dans ma bouche...Saudade...

                           Recueil Les crépuscules de Maruri   Pablo Neruda

saudade_10001.png

 J'ai lu cette jolie définition "

» Saudade  est le seul mot portugais qui ne comporte aucune traduction. C’est le sentiment extrême de manque d’une personne, si intense que la douleur touche au plus profond de l’âme. Saudade est une profonde tristesse et un profond sentiment de vide, qui ne peut être comblé qu’avec les souvenirs »( lesacdeclemence)

guitarrasaudade.jpg

 

                                         Camões : « Un bonheur hors du monde »;
                                       Fernando Pessoa : « La saudade c’est la poésie du fado… »;
                                      Amàlia Rodrigues : « Épine amère et douce ».

Illustration Fatinha Ramos