Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2018

Des lettres

J'ai retrouvé des lettres

DSCI0140.JPG

 

Des lettres de mon grand père Jean Marie Carles à son épouse , Catherine "gros baisers de la tranchée…" des lettres de sa fille, ma maman ,"cher petit papa…"

IMG_20181017_154015.jpg

Mon grand père 

DSCI0151.JPG

DSCI0153.JPG

DSCI0137.JPG

 

 

DSCI0156.JPG

 

Laurentine .jpgDSCI0150.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

DSCI0155.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

grand mere.jpg

 

ma mamanDSCI0141.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                     Ma grand mère CatherineDSCI0136.JPG

DSCI0140.JPG

 

DSCI0154.JPG

 

 

maxime.jpg

 

 

Celles -ci,  Maxime Le Forestier aurait

 

écrit cette chanson, en 1975, à partir de lettres découvertes dans un grenier. 

les poilus8.jpg

 

 

« Les Lettres »
Avril 1912, ma femme, mon amour,
Un an s’est écoulé depuis ce mauvais jour
Où j’ai quitté ma terre.
Je suis parti soldat comme on dit maintenant.
Je reviendrai te voir, d’abord de temps en temps,
Puis pour la vie entière.
Je ne pourrai venir sans doute avant l’été.
Les voyages sont longs quand on les fait à pied.
As-tu sarclé la vigne ?
Ne va pas la laisser manger par les chardons.
Le voisin prêtera son cheval aux moissons.
Écris-moi quelques lignes.

poilus 4.jpg


Hiver 1913, mon mari, mon amour,
Tu ne viens pas souvent, sans doute sont trop courts
Les congés qu’on te donne
Mais je sais que c’est dur, cinquante lieues marchant
Pour passer la journée à travailler aux champs,
Alors, je te pardonne.
Les vieux disent qu’ici, cet hiver sera froid.
Je ne sens pas la force de couper du bois
J’ai demandé au père.
Il en a fait assez pour aller en avril
Mais penses-tu vraiment, toi qui es à la ville,
Que nous aurons la guerre ?
Août 1914, ma femme, mon amour,
En automne au plus tard, je serai de retour
Pour fêter la victoire.
Nous sommes les plus forts, coupez le blé sans moi.
La vache a fait le veau, attends que je sois là
Pour le vendre à la foire.
Le père se fait vieux, le père est fatigué.
Je couperai le bois, prends soin de sa santé.
Je vais changer d’adresse.
N’écris plus, attends-moi, ma femme, mon amour,
En automne au plus tard je serai de retour
Pour fêter la tendresse.
Hiver 1915, mon mari, mon amour,
Le temps était trop long, je suis allée au bourg
Dans la vieille charrette.
Le veau était trop vieux, alors je l’ai vendu
Et j’ai vu le vieux Jacques, et je lui ai rendu
Le reste de nos dettes.
Nous n’avons plus un sou, le père ne marche plus.
Je me débrouillerai, et je saurai de plus
En plus être économe
Mais quand tu rentreras diriger ta maison,
Si nous n’avons plus rien, du moins nous ne devrons
Plus d’argent à personne.
Avril 1916, ma femme, mon amour,
Tu es trop généreuse et tu voles au secours
D’un voleur de misères
Bien plus riche que nous. Donne-lui la moitié.
Rendre ce que l’on doit, aujourd’hui, c’est jeter
L’argent au cimetière.

poilu-c1f03.jpg


On dit que tout cela pourrait durer longtemps.
La guerre se ferait encore pour deux ans,
Peut-être trois ans même.
Il faut nous préparer à passer tout ce temps.
Tu ne fais rien pour ça, je ne suis pas content,
Ça ne fait rien, je t’aime.
Ainsi s’est terminée cette tranche de vie,
Ainsi s’est terminé sur du papier jauni
Cet échange de lettres
Que j’avais découvert au détour d’un été
Sous les tuiles enfuies d’une maison fanée
Au coin d’une fenêtre.
Dites-moi donc pourquoi ça s’est fini si tôt.
Dites-moi donc pourquoi, au village d’en haut,
Repassant en voiture,
Je n’ai pas regardé le monument aux Morts
De peur d’y retrouver, d’un ami jeune encore,
Comme la signature.

 

DSCI0157.JPG

 

07/10/2018

M'en allant par la bruyère...

DSC00228.JPG

20150928_160538.jpg

" m' en allant par la bruyère pour cueillir la fleur dernière qui pousse au milieu du vent"

20150928_165437.jpg

DSC07399.JPG

DSC07403.JPG

Balade pour un petit bouquet de bruyère

DSC07398.JPG

 

DSC00975.JPG

DSC00046.JPG

 

Photos ,des chemins , balades d'automne , quelques mots de Marie Noël

DSC00053.JPG

 

15:36 Publié dans Balade | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : bruyère d'automne

27/09/2018

Balades

20180910_110908.jpg

Balades, la plage, le sable, la forêt…

20180909_114702.jpg

20180909_114845.jpg

Le sentier du matin…

20180909_114729.jpg

Un beau soleil, mais pas toujours….

20180913_145754.jpg

La vague

La vague
Pour se faufiler
Dans l’étroit canal
Qui menait au port avant les bassins,

20180914_171046.jpg


Elles se pressaient, tes vagues,
Lors de la marée,

20180913_145124.jpg


Elles se bousculaient.
Elles avaient besoin
Que l’interminable
Soit fini pour elles.

20180914_171101-EFFECTS.jpg

Photos, septembre 2018, au Pyla

La vague, Eugène Guillevic 

 

DUNE.jpg

La dune, un 22 décembre

 

 






11:53 Publié dans Balade | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : le pyla, septembre 2018

05/09/2018

Septembre

 

20150918_151824.jpg

La balade de septembre, le Pyla,8 jours...

DSC01732.JPG

Le long de la plage, dans les dunes, la forêt…

DSC01741.JPG

DSC01742.JPG

DSC01744.JPG

 

A bientôt, je vous embrasse

20140909_171106 (2014_09_15 19_24_11 UTC).jpg

Vague après vague va la mer....

Puis la mer poursuit son chemin,
Brasse après brasse, jamais lasse,
Elle pose sa longue main

Sur les chemins qu'elle dépasse….quelques mots de Pierre Osenat

Les photos, septembre 2017

 

27/08/2018

la petite cabane

 

DSCI0092 (1).JPG

"Le corps de la montagne hésite à ma fenêtre:
Comment peut-on entrer si l'on est la montagne

Si l'on est en hauteur, avec roches, cailloux
Un morceau de la terre, altéré par le ciel ?

 

DSCI0088.JPG

La petite cabane, c'est une des randos de l'été... 

20180703_144816.jpg

20180703_122059.jpg

Cet été, un beau soleil ! on a grimpé ce sentier très souvent dans le brouillard, sous la pluie et l'orage !

DSC01378.JPG

 

DSC01374.JPG

DSC01362.JPG

DSC01375.JPG

Juin juillet 2016 Luchon 579 (2017_02_14 18_59_01 UTC).JPG

" il s'agit toujours d'avancer,

Mais avancer dans quoi ?

Pas seulement

Dans cet espace

Qui s'étale devant toi

Et que tu crois connaître,

Non, avancer

Dans un nouvel espace

Dont tu ne désires

Que ce que dit ton besoin,

Un espace qui toujours

te demandera de l'aimer…. 

Eugene Guillevic 

Les photos , les randos de l'été, quelques mots de Jules Supervielle

 

20180703_140340.jpg

 

 

 

 

07/08/2018

"Puissent les vallées devenir vos rues....

 

20180703_140340.jpg

"Les sentiers de verdure vos venelles…."

20180702_123052.jpg

Un départ….depuis le petit village de St Avantin

20180703_120132.jpg

20180703_133808.jpg

20180710_113345.jpg

Le sentier qui grimpe au plateau de Campsaure…

20180719_113548.jpg

 

DSCI0113.JPG

Campsaure et ses gentianes ! superbe ! 

20180710_114645.jpg

Va ton chemin sans plus t'inquiéter, va ton chemin sans plus t'inquiéter ! La route est droite et tu n'as qu'à monter….

On a monté, grimpé et trouvé de très jolis sentiers !

Photos, randos juillet 2018, les Pyrénées

Quelques mots de Khalil Gibran, Paul Verlaine

 

25/07/2018

Entrez dans la danse

teulé.jpgLe nouveau roman de jean Teulé, s'inspire d'une réelle épidémie de danse mortelle.


"Une étrange épidémie a eu lieu dernièrement
Et s’est répandue dans le peuple,
De telle sorte que, dans leur folie,
Beaucoup se mirent à danser
Et ne cessèrent jour et nuit,
Sans interruption,
Jusqu’à tomber inconscients
Beaucoup en sont morts."
Chronique alsacienne - 1518

teulé 2.jpg

Une histoire délirante, une techno parade macabre ,sous la plume de Jean Teulé, drôle, tendre, féroce….

teulé 4.jpg

Cette "épidémie de danse", l'auteur l'a sortie des oubliettes de l'histoire...

Cette farandole, cette ronde macabre, j'ai aimé ! mais je crois qu'il faut aimer Jean teulé !

Lu entre deux randos,

DSCI0129.JPG

 Des linaigrettes dans la vallée du Lys , notre coin repos ….j'adore !

 

17/06/2018

Le matin




balades à sare,juin 2018

Le matin

t'es donné

20180605_203824.jpg

 

 

 

Ne le prends pas

Comme un dû

Le matin

Ne parait pas devoir

Déboucher

Sur midi

Il promet

Autre chose

balades à sare,juin 2018

Le matin

Aime annoncer 

Une belle journée

balades à sare,juin 2018

Nous étions là, face à la Rhune ,quelques jours pour quelques balades….des chemins , des sentiers….

balades à sare,juin 2018

Balade sur le chemin de Zugarramurdi,petit village Espagnol

balades à sare,juin 2018

Sur le sentier des palombières

balades à sare,juin 2018

                                               Soleil, orage, pluie et grand soleil !

balades à sare,juin 2018

                                     Sur le sentier du Littoral, près de Ciboure

balades à sare,juin 2018

balades à sare,juin 2018

Sentier du Littoral, déjà pris un printemps, au loin , la belle et longue plage d'Hendaye,3 km de sable fin…

 

 

Photos, juin 2018,     "Le matin"  Guillevic

balades à sare,juin 2018

 

 

Samedi, un nouveau départ, les Pyrénées

A bientôt, je vous  souhaite de belles journées !je vous  embrasse 

 

 

balades à sare,juin 2018

 

 

 

 

 

 

 

27/05/2018

Balades

 

DSCI0058.JPG

 

"Le jeu du soleil

                         Sur le tronc du chêne  

                 Le temps du bonheur "

DSCI0042.JPG

Samedi, départ pour le petit village de Sare

 

DSCI0001 (1).JPG

 A Sare ,on a le temps...la devise de ce petit village du Pays Basque, au pied des montagnes de l'Axuria et de la Rhune  

DSCI0037.JPG

Juin juillet 2016 Luchon 017 (2017_02_14 18_59_01 UTC).JPG

Quelques sentiers,chemins  à retrouver….à découvrir…

 

DSCI0040.JPG

DSCI0049.JPG

DSCI0053.JPG

Quelques mots d'Eugène Guillevic , photos, 2016, 2017

A bientôt, je vous embrasse

Juin juillet 2016 Luchon 031 (2017_02_14 18_59_01 UTC).JPG

 

     

 

04/05/2018

Le peintre poète

 

 Ange.jpg

Les choses que j’aurais tant voulu écrire
sont celles que je n’ai jamais su mettre en mots


Chatouillé par le grelot de l’ange
un bébé rit


Câlinée par le souffle du vent
une fleur fait « oui » de la tête


Jusqu’où aurait-il donc fallu poursuivre la route ?


Les jours d’après la mort à ceux d’avant la vie
en un cercle bien rond s’enchaînent


A présent j’ai droit au silence
Malgré la foule des paroles
Malgré les milliers de chansons
La tristesse ne s’est jamais dissipée et pourtant
La joie non plus ne s’est jamais envolée
(Tanikawa Shuntarô)

 

Paul Klee saisit ses anges au vol, d’un unique trait de crayon, dans la fulgurance de leur
présence. Ceux de Tanikawa Shuntarô inventent une situation, un événement, un dialogue : ils
créent une brèche qui rend possible une rencontre, une parole, un questionnement. (extrait Bobance éditeur )

paul-klee-9.png

Là, dans leur royaume, tout est comme chez nous, mais en plus angélique" Paul Klee

 

 "Paul Klee est un territoire fertile à tous les rêves, l’homme des derniers regards à un monde qui s’achève et se déchire.
Pressentant sa fin prochaine Paul Klee convoque tout un cortège d’anges, presque une cinquantaine, qui vont l’accompagner dans la condition humaine :(Gil Pressinitzer)


« Les hommes vivent en des lieux dont les anges n’ont pas idée» disait un poète.

l'ange grelot

 

 Les Anges de Klee est le premier livre traduit en français de Tanikawa Shuntarô. Ce recueil comporte 18 poèmes inspirés d'une série d'anges dessinés par Paul Klee à la fin de sa vie, entre 1939 et 1940. Tantôt rieurs, tantôt graves, ces anges apparaissent comme le miroir d'une humanité fragile dont le chant accueille ...

Je les aime...