Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/11/2015

Ne te sauve pas....

poeme mario benedetti

                                                             Ne reste pas immobile
                                                            sur le bord de la route
                                                            ne gèle pas la joie
                                                            n’aime pas à contrecœur
                                                            ne te sauve pas ni maintenant
                                                                      ni jamais

poeme mario benedetti


                                                                      

 

                                                                 ne te sauve pas
                                                          

                                                        ne te remplis pas de calme
                                                        ne garde pas du monde
                                                        qu’un simple coin tranquille

                                                        ne laisse pas retomber tes paupières,
                                                        lourdes comme des jugements
                                                        ne reste pas sans lèvres
                                                        ne dors pas sans sommeil
                                                        ne pense pas sans sang
                                                        ne juge pas sans temps.....

 

poeme mario benedetti

 

 Extrait de Poemas de otros (1973-1974).  Mario Benedetti     Traduit par Olivier Favier.

Photos Dorothea Lange , Cornel Pufan, Sebastião Ribeiro Salgado

05/11/2015

Les gens de Garonne

livres.jpg

 

 

"Des hommes et des femmes profondément attachants, tous "gens de Garonne", vont se déchirer et s'aimer au bord du grand estuaire dont Noël Manière connaît si bien le décor, les paysages, l'histoire, l'âme et le caractère de ceux qui y vivent. De cet amour pour un terroir et un peuple si riches, est né le plus sensible des romanciers.

cartes-postales-photos-Bateaux-Morutiers-en-Rade-BORDEAUX-33000-33-33063005-maxi.jpg

 

livres2.jpg

Sécherie de morue à Bègles vers 1900 : les étendoirs dits aussi ""pendilles"" (Sécherie du Grand-Port)

Fils aîné d’un modeste couple qui a dû fuir son village pour vivre son amour, Antoine a les yeux résolument tournés vers l’océan. Dès l’âge de treize ans, et afin d’aider ses parents démunis, il embarque comme mousse sur l’Arbonnaise. Hélas ! le rêve d’enfance se transforme vite en cauchemar. La vie de terre-neuvas se révèle un véritable enfer et les membres d’équipage font d’Antoine leur souffre-douleur. 

C247seicherie.jpg

Revenu de l'enfer de la pêche à la morue, sur les bancs de Terre-Neuve, Antoine Graveille retrouve sa famille brisée par le suicide de son père et, une fois de plus, l'extrême pauvreté.  

livres 3.gif

 

"Les années ont passé depuis l'arrivée de la famille Graveille sur les bords de la Garonne. Revenu à Bègles après avoir été mousse sur les terres-neuvas (Les Forçats de la mer), Antoine a vengé son père, dont l'invention a été volée (Le Combat des humbles). Dans ce troisième volume, les passions et les luttes sociales se combinent pour créer cette atmosphère si particulière aux " Gens de Garonne ".
De l'estuaire de la Gironde aux grands espaces de la forêt landaise, du Bordeaux populaire aux rivages de l'Afrique, le voyage auquel nous convie l'auteur, passionnant de bout en bout, restitue. jusqu'aux odeurs de vendange, cette France besogneuse de la fin du XIXe siècle."( 4ème de couverture, extraits)

cartes-postales-photos-Vue-d-ensemble-BORDEAUX-33000-3570-20070911-b6c9n7z0b7n5p4g9l9k4.jpg-1-maxi.jpg

J'ai retrouvé mes rues, mes places..mes quartiers....souvenue toutes les histoires racontées lorsque j'étais enfant...Bègles, c'est chez moi , je suis née à Bègles

medium_grand_mere.3.jpg

 

Drôle de lecture , à chaque page mes souvenirs se mêlent au récit. Un nom de rue et je me revois avec ma grand- mère Catherine  sur le chemin de l'école...un détail dont je ne me souviens pas, j'appelle mon frère...des vendanges, balade dans les vignes toujours avec ma grand -mère....

Bègles

eglise2.jpg

"L'église de Bègles comporte une particularité, drapeau français et inscription Liberté - Egalité - Fraternité.

Mais pourquoi ?

Le 30 Janvier 1790, Marc Daguzan, curé de la paroisse, est élu par acclamation premier maire de Bègles. Durant plusieurs années, l’église Saint-Pierre fait office de mairie. Sa façade porte toujours l’inscription républicaine «Liberté, Egalité, Fraternité» datant de cette époque et inhabituelle en un tel lieu."

 

 

 

 

 

cartes-postales-photos-Un-Coin-de-la-Rade-BORDEAUX-33000-3570-20070911-y0a7k1g8t4h9p0n0s7f3.jpg-1-maxi.jpg

 La fête de la Morue existe toujours à Bègles

Un peu d'histoire "

À la fin du XVe siècle, les Européens découvrent l’île de Terre-Neuve au Canada et ses grands bancs de cabillaud. Le monde entier va venir pêcher dans ses eaux glaciales. À Bordeaux, le négoce de poisson s’implante ; la ville devient au XIXe siècle le premier port de débarquement de la morue « verte » (cabillaud salé à bord). Les navires s’ancrent au port de la Lune et les gabarres remontent le fleuve pour débarquer la morue salée à Bègles. Pourquoi ici ? Ce n’est qu’un petit port fluvial mais qui dispose de nombreux palus* libres et bon marché, d’un climat doux et humide, idéal pour sécher le poisson en plein air sur les pendilles**, d’une eau douce en abondance pour le lavage et d’une main d’œuvre féminine nombreuse et courageuse. Tout un petit peuple venant des campagnes s’installe donc ici et fait la prospérité des sécheurs et négociants jusqu’au XXe siècle. Les belles maisons bourgeoises, appelées « maisons de morues », aujourd’hui restaurées, en témoignent.

 le métier était très dur, les campagnes de pêche duraient parfois six mois. Les hommes trimaient sur les bateaux et n’étaient jamais sûrs de revenir. De même, le travail de sécheuse était éprouvant : dehors ou dans les hangars en bois, les mains dans l’eau froide, les pieds dans la boue pour étendre les lourds filets. Et comment se débarrasser de l’odeur entêtante ? Le bus qui les ramenait chez elles, était appelé « le bus de la morue ». On imagine bien les autres passagers les fuyant.  extraits "A Bègles, la morue est une star" 15 avril 2010 par Casadei

 

les-mousses6.jpg

 Photos trouvées sur le net     et Catherine ma grand- mère

 

 

20:00 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : les gens de garonne

31/10/2015

La terre qui penche

                           conc_bela_domna.jpg

      Le nouveau conte de Carole Martinez

                                " Mon héroïne, blanche est une rebelle "

Troisième roman dédié aux femmes de jadis....

 

C'est encore une figure féminine insoumise que l'on retrouve 200 ans plus tard, au 14e siècle, toujours au Moyen-Âge et au domaine des Murmures, dans La terre qui penche. Blanche a 11 ans et elle est affamée du savoir qu'on lui interdit. "C'est une rebelle.

Elle a décidé qu'il était très important pour elle d'apprendre à lire et à signer son nom. Comme son père s'y oppose et considère qu'une femme instruite, c'est le diable dans la maison, Blanche vole les lettres nécessaires pour écrire son prénom", explique Carole Martinez.

                                             "A tes côtés je m'émerveille.
                                              Blottie dans ton ombre, tu partages ma couche.
                                              Tu dors, ô mon enfance,
                                              Et pour l'éternité, dans la tombe, je veille. »

livre.jpg

 

 

Blanche est morte en 1361 à l’âge de douze ans, mais elle a tant vieilli par-delà la mort! La vieille âme qu’elle est devenue aurait tout oublié de sa courte existence si la petite fille qu’elle a été ne la hantait pas. Vieille âme et petite fille partagent la même tombe et leurs récits alternent.


L’enfance se raconte au présent et la vieillesse s’émerveille, s’étonne, se revoit vêtue des plus beaux habits qui soient et conduite par son père dans la forêt sans savoir ce qui l’y attend.


Veut-on l’offrir au diable filou pour que les temps de misère cessent, que les récoltes ne pourrissent plus et que le mal noir qui a emporté sa mère en même temps que la moitié du monde ne revienne jamais?
Par la force d’une écriture cruelle, sensuelle et poétique à la fois, Carole Martinez laisse Blanche tisser les orties de son enfance et recoudre son destin. Nous retrouvons son univers si singulier, où la magie et le songe côtoient la violence et la truculence charnelles, toujours à l’orée du rêve mais deux siècles plus tard, dans ce domaine des Murmures qui était le cadre de son précédent roman. (4e de couverture)

 

Tendre et cruel, un monde magique ! magnifique !

209023_fr_lertameur.jpg.2200x2200_q75_crop.jpg

livre 2.jpg

 

J'avais adoré " le coeur cousu" et " Du domaine des Murmures"

La terre qui penche, même enchantement !

 

"L'héroïne du Cœur cousu possède le don de recoudre tout ce qui se déchire, les tissus, les corps, les cœurs, celle du Domaine des murmures réalise des miracles du fond de sa réclusion. La terre qui penche est peuplé d'ogres, de fées, de sortilèges et la petite Blanche dialogue avec son âme, en errance 6 siècles plus tard."( Carole Martinez)

livre 3.jpg

 

Gustave-Courbet-La-vallee-de-la-Loue-1872.jpg

La vallée de la Loue, Gustave Courbet

Du Domaine des murmures et la terre qui penche, la Loue est aussi son héroïne.

"Mon roman se construit autour du lit de  la Loue et du pouvoir poétique qu 'à une petite fille de métamorphoser les souvenirs mauvais.

Blanche transforme le monde qui l'entoure et ses douleurs, elle change un homme en cheval, puis ce cheval en terre, pour continuer de marcher sur son chemin...."

27/10/2015

Un jour de pluie et de brouillard....

199.JPG

                      Averse averse averse averse averse averse

                      Pluie ô pluie ô pluie !ô pluie    ô pluie ô pluie

                   Gouttes d'eau gouttes d'eau gouttes d'eau    gouttes d'eau

 

Luchon septembre 2011 021.JPG

                      parapluie ô parapluie ô paraverse ô

                       paragouttes d'eau paragouttes d'eau de pluie

0211.JPG

 

                     

 

                     capuchons pèlerines et imperméables

                      que la pluie est humide et que l'eau mouille et mouille !

                      mouille l'eau mouille l'eau mouille l'eau mouille l'eau

                      et que c'est agréable agréable agréable

                      d'avoir les pieds mouillés et les cheveux humides

0206.JPG

 

                         tout humides d'averse et de pluie et de gouttes

                      d'eau de pluie et d'averse

 

                         et sans un paragoutte

                      pour protéger les pieds et les cheveux mouillés

                      qui ne vont plus friser qui ne vont plus friser

                       à cause de l'averse à cause de la pluie

 

323.JPG

                              à cause de l'averse et des gouttes de pluie

                          des gouttes d'eau de pluie et des gouttes d'averse

                         Cheveux désarçonnés cheveux sans parapluie

0472.JPG

 

 poème, Raymond Queneau, les photos , des sentiers des Pyrénées, un jour de pluie....

 

 

 

13:11 Publié dans poesie | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : poème, raymond queneau

22/10/2015

Les anges de Paul Klee

 

"Ange au grelot, Ange oublieux, Ange immature, Ange laid, Ange déluré, Ange
ou plutôt oiseaux, Ange au jardin d’enfants, Il pleure, Crise d’un ange, Un vieux musicien fait l’ange..."

 

klee_engel-vom-stern_.jpg

 

 

Les choses que j'aurais tant voulu écrire

Sont celles que je n'ai jamais su mettre en mots

Chatouillé par le grelot de l'ange

Un bébé rit

 

les anges de paul klee

les anges de paul klee

 

les anges de paul klee

 

 

 

                                               


                                                   

câlinée par le souffle du vent

Une fleur fait "oui"de la tête

                                                   
                                     


                                                   
                                                    

 

Forgetful-Angel-Paul-Klee-414443.jpg

                                              Jusqu’où aurait-il donc fallu poursuivre la route ?
                                             

                                              Les jours d’après la mort à ceux d’avant la vie
                                              en un cercle bien rond s’enchaînent

 

paul-klee-ange-.gif

                                                 À présent j’ai droit au silence
                                                Malgré la foule des paroles

 


                                                  Malgré les milliers de chansons
                                                la tristesse ne s’est jamais dissipée et pourtant

                                                  La joie non plus ne s’est jamais envolée.

(Tanikawa Shuntarô, L’album des dessins de Klee,)

 

Autoportrait 1909

klee-autoportarit-1909.jpg

 

 

 

Les anges de Paul Klee, son petit royaume

 

 

 

"Les hommes vivent en des lieux dont les anges n'ont pas idées"

 

les anges de paul klee

 

 

 

 
 
Dernier pas en ce monde.....
 
tanikawa-klee2.jpg
 
Paul Klee saisit ses anges au vol, d’un unique trait de crayon, dans la fulgurance de leur
présence. Ceux de Tanikawa Shuntarô inventent une situation, un événement, un dialogue : ils
créent une brèche qui rend possible une rencontre, une parole, un questionnement. (extrait  Bobance éditeur )
 
 
 
Là, dans leur royaume, tout est comme chez nous, mais en plus angélique"  Paul Klee

 

les anges de paul klee


 
 
 
 

.

 

 

20/10/2015

Je fais retraite chez ls oiseaux...

oiseaux magnum.jpg

 

                                        "  Je fais retraite chez les oiseaux. Cela vaut bien les

                                             monastères et leur mise en scène sacrée !

 

                                        À midi, le soleil abat ses lanières d'or sur mes épaules. Ai-je

                                        besoin d'une autre discipline pour expier tous les

                                      péchés commis envers les quatre éléments ? Je cherche le   rythme                                        oublié.

 

 

                                     J'apprends l'effort, le puits, la colline et le thym.

                                     Le vent et les bêtes sauvages coulent devant ma porte. Le feu de  bois                                     exige un très long souffle humain.

envol-d-oiseaux.jpg

 

                                     Sorti du chant du coq et du petit froid vert de l'aube,

                                         je progresse au travers de la chaleur, je marche

                                          jusqu'au soir de la journée, encouragé par la présence

                                        de l'arbre, par la rondeur des fruits, par la confiance

                                        baveuse des troupeaux.

                                       

                                      Je m'allonge sur la terre tiédie pour jouir du bleu

                                       imaginaire, du bleu presque trop pur de la lumière...."

envol-d-oiseaux.jpg

 

 

 La huche à pain   (Proses - Extraits) Luc Bérimont

La photo Magnum photos 
USA. Tulare, California. 2014. Birds

 

14:53 Publié dans poesie | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : luc bérimont

19/10/2015

Je suis seul sur l'ocean...

 

20140909_171133 (2014_10_07 06_14_04 UTC).jpg

 

                                                     « Je suis seul sur l’océan

                                                       Et je monte à une échelle

                                                      Toute droite sur les flots

                                                          Me passant parfois les mains

                                                         Sur l’inquiète figure

                                                        Pour m’assurer que c’est moi

                                                        Qui monte, que c’est toujours moi. […].

                                                       Je tombe ah ! je suis tombé

                                                       Je deviens de l’eau qui bouge

                                                           Puis de l’eau qui a bougé,

                                                           Ne cherchez plus le poète,

                                                             Ni même le naufragé. »

 

                                                        jules 7.jpg Jules Supervielle

 

 

jules-supervielle-mer-1949-L-dhIWpA-175x130.jpeg

 

Photo, septembre 2014

13:41 Publié dans poesie | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : jules supervielle

15/10/2015

" que c'est beau le jaune !"

 
 
 

val d'isere 995.JPG

"Un soleil, une lumière que faute de mieux je ne puis appeler que jaune, jaune soufre pâle , citron pâle or.

Que c'est beau le jaune ! "

 

val d'isere 1006.JPG

L'Encrenaz 025.jpg

DSC01417.JPG

Les Photos , des randos , Val d'Isère , Encrenaz , les Pyrénées

été    2006 , 2009 , 2015

van gogh.jpg

 

 

 

Les mots, les belles lettres de Vincent Van Gogh à son frère Theo, des récits pour découvrir le vrai Van Gogh...

 

 

 

vanGoghChamps de blé derrière l'hôpital St-Paul avec un faucheur, St-Rémy, septembre 1889.jpg

 



 

13/10/2015

La balade du Calame

" l'exil ne s'écrit pas.Il se vit.Atiq 4.jpg

 

 


Alors j’ai pris le calame, ce fin roseau taillé en pointe dont je me servais enfant, et je me suis mis à tracer des lettres calligraphiées, implorant les mots de ma langue maternelle.


Pour les sublimer, les vénérer.
Pour qu’ils reviennent en moi.
Pour qu’ils décrivent mon exil. »

Ainsi a pris forme cette ballade intime, métissage de mots, de signes, puis de corps.

Celui qui se dit « né en Inde, incarné en Afghanistan et réincarné en France » invente une langue puissante, singulière et libre.

Une méditation sur ce qui reste de nos vies quand on perd sa terre d’enfance."( extrait 4eme de couverture)

 

atiq3.jpg

 

La Ballade du calame
Portrait intime
Atiq Rahimi

 

Ce n'est pas un roman, ni un très long récit, mais des mots, des mots très doux, des poèmes....

Il nous parle de l'errance, de la solitude

L’absence de l'autre

L'absence du corps de l'autre

Il nous parle de calligraphie, de callimorphies

" C'est en faisant des callimorphies que je comprends ce que je cherche, ce que je fais.Je cherche des lettres sans destins, des êtres en exil

Comme tout être exilé, je suis un homme d'ailleurs

Ailleurs est le vrai sens de l'exil."P.164. 180

 

«A peine ai-je franchi la frontière que le vide m’aspira. C’est le vertige de l’exil, murmurai-je au tréfonds de moi-même. Je n’avais plus ni ma terre sous le pied, ni ma famille dans les bras, ni mon identité dans la besace. Rien»

la ballade du calame portrait intime atiq rahimi

 Notes sur l'exil, d'Atiq Rahimi. Au détour d'une page, le croquis d'un homme avec un baluchon © HCS   "Une journée sur les routes de l'exil" septembre, France culture

 

 

la ballade du calame portrait intime atiq rahimi

 

"En 1984, à 22 ans, Atiq Rahimi était parti à pied de Kaboul pour rejoindre, après neuf jours de marche, l'ambassade française du Pakistan à Islamabad.

Il racontait ce périple dans 1000 maisons du rêve et de la terreur (P.O.L, 2002). Vingt-quatre ans plus tard, c'est la prestigieuse académie des Goncourt qui récompense son premier livre écrit en français, Pierre de patience ".

 

il a lui-même réalisé l’adaptation au cinéma.

la ballade du calame portrait intime atiq rahimi

atiq8.jpg

 

 

 

"Syngué Sabour" Pierre de patience, magnifique

" une pierre magique que l'on pose devant soi pour déversé sur elle ses malheurs, ses souffrances, ses douleurs, ses misères....on lui confie tout ce que l'on n'ose pas révéler aux autres....et la pierre écoute......."

Lu aussi

Atq rahimi6.jpg

Maudit soit Dostoïevski," Le crime et châtiment afghan"

beau et fort, grave, absurde et désespéré....

et

atiq rahimi12.gif

Bouleversant

Dans la balade du Calame,Atiq Rahimi raconte " Un jour, j'ai donc  écrit un livre, le coeur en deuil de mon frère tué à la guerre, Terre et cendres."

"son frère, communiste, resté en Afghanistan, est assassiné en 1989, mais Atiq Rahimi n'apprend sa mort qu'un an plus tard. Il réalise des films documentaires et adapte en 2004 son roman Terre et cendres, qui, présenté au festival de Cannes obtient le prix "Regard sur l'avenir".

 

Atiq rahimi2.jpg

"Je traverse les montagnes, les doutes, les déserts, l'incertitude. Je marche, j'ai peur. Je marche, je me perds. Je marche."

04/10/2015

Boussole

boussole.jpg

 

 Le nouveau roman de Mathias Enard

Passionnant

Nuit blanche, 400 pages pour une nuit d'insomnie....

Il s'appelle Frantz Ritter, musicologue Viennois, il pense, il rêve, se raconte....

C'est aussi un beau roman d'amour...

 

"La nuit descend sur Vienne et sur l’appartement où Franz Ritter, musicologue épris d’Orient, cherche en vain le sommeil, dérivant entre songes et souvenirs, mélancolie et fièvre, revisitant sa vie, ses emballements, ses rencontres et ses nombreux séjours loin de l’Autriche – Istanbul, Alep, Damas, Palmyre, Téhéran… –, mais aussi questionnant son amour impossible avec l’idéale et insaisissable Sarah, spécialiste de l’attraction fatale de ce Grand Est sur les aventuriers, les savants, les artistes, les voyageurs occidentaux.

 

 

 

 

boussole mathias enard


Ainsi se déploie un monde d’explorateurs des arts et de leur histoire, orientalistes modernes animés d’un désir pur de mélanges et de découvertes que l’actualité contemporaine vient gifler. Et le tragique écho de ce fiévreux élan brisé résonne dans l’âme blessée des personnages comme il traverse le livre.

boussole mathias enard


Roman nocturne, enveloppant et musical, tout en érudition généreuse et humour doux-amer, Boussole est un voyage et une déclaration d’admiration, une quête de l’autre en soi et une main tendue – comme un pont jeté entre l’Occident et l’Orient, entre hier et demain, bâti sur l’inventaire amoureux de siècles de fascination, d’influences et de traces sensibles et tenaces, pour tenter d’apaiser les feux du présent.

“Interroger la frontière. Essayer de la comprendre, dans ses flux, ses reflux, sa mobilité. La suivre du doigt. Plonger la main dans le courant de la rivière ou la saignée du détroit. La parcourir avec ceux qui l’ont explorée, voyageurs, poètes, musiciens, scientifiques.

En relever les traces, les cicatrices anciennes ou les interactions nouvelles. Entrevoir tour à tour sa violence et sa beauté. Exhumer des passions oubliées et des échanges enfouis, reprendre des dialogues parfois interrompus.

Tenter humblement de recenser les marques de cette passion, de ce qui se joue entre soi et l’autre, entre Les Mille et Une Nuits et À la Recherche du temps perdu, entre L’Origine du monde et un pasha ottoman, entre le chant du muezzin et des lieder de Szymanowski."

 

boussole mathias enard

boussole mathias enard

 

"J’ai été ce qu’on appelait autrefois un orientaliste. J’ai étudié l’arabe et le persan à l’Institut des langues orientales. Comme mes personnages, j’ai parcouru l’Égypte, la Syrie ou l’Iran.

J’ai essayé de reconstruire cette longue histoire, celle de l’amour de l’Orient, de la passion de l’Orient, et des couples d’amoureux qui la représentent le mieux : Majnoun et Leyla, Vis et Ramin, Tristan et Iseult. Sans oublier ce qu’il peut y avoir de violent et de tragique dans ces récits, de rapports de force, d’intrigues politiques et d’échecs désespérés.

Ce long voyage commence à Vienne et nous amène jusqu’aux rivages de la mer de Chine ; à travers les rêveries de Franz et les errances de Sarah, j’ai souhaité rendre hommage à tous ceux qui, vers le levant ou le ponant, ont été à tel point épris de la différence qu’ils se sont immergés

dans les langues, les cultures ou les musiques qu’ils découvraient, parfois jusqu’à s’y perdre corps  et âme "M.E  
Actes Sud

 

 

De Mathias Enard

                   lu et aimé

 

 

 

boussole mathias enardboussole mathias enard

 

 

boussole mathias enard

 

Après Zone, après Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants, après Rue des Voleurs… l’impressionnant parcours d’écrivain de Mathias Enard s’épanouit dans une magnifique déclaration d’amour à l’Orient.

 

Actes Sud

 

boussole mathias enard

peintre Eugène Delacroix