Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/12/2015

La nuit n'est jamais complète....

 

eluard 2.jpg

 

 

 

Il y a toujours, puisque je le dis,
Puisque je l’affirme,
Au bout du chagrin
Une fenêtre ouverte,
Une fenêtre éclairée,
Il y a toujours un rêve qui veille,
Désir à combler, Faim à satisfaire,
Un cœur généreux,
Une main tendue, une main ouverte,
Des yeux attentifs,
Une vie, la vie à se partager.

-Paul Eluard

13:30 Publié dans poesie | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : paul eluard

12/12/2015

Un sacré voyage !

jill  enders.jpeg

Drôle ! très drôle !

Parcours d'une bouchée de gâteau....

 

Surpoids, dépression, diabète, maladies de peau… et si tout se jouait dans l’intestin ?
 Au fil des pages de son brillant ouvrage, Giulia Enders, jeune doctorante en médecine, plaide avec humour pour cet organe qu’on a tendance à négliger, voire à maltraiter.

Après une visite guidée au sein de notre système digestif, elle présente, toujours de façon claire et captivante, les résultats des toutes dernières recherches sur le rôle du “deuxième cerveau’’ pour notre bien-être. C’est avec des arguments scientifiques qu’elle nous invite à changer de comportement alimentaire, à éviter certains médicaments ainsi qu’à appliquer quelques règles très concrètes en faveur d’une digestion réussie.(4eme de couverture )

intestin2.jpg

 Pour mener à bien ses missions, l'intestin héberge des trillions de bactérie, des régulateurs hormonaux ou encore des neurones. (Jil Enders)

 

"Cet organe extraordinaire, secondé par d'immenses troupes de bactéries et d'enzymes, désintègre nos aliments pour qu'ils servent à notre sang, nos muscles, nos os. Il assure aussi l'équilibre hydrique et salin du corps, fabrique de la sérotonine - l'hormone du bonheur -, renvoie au cerveau des messages positifs ou négatifs. Une activité tellement complexe et organisée qu'on a qualifié l'intestin de deuxième cerveau"

images.png


592667_1_fff_Enders_07_100514_4c_2.jpg

 

 

 Irrésistiblement illustré par Jill Enders, la soeur de l’auteur, voici un livre qui nous réconcilie avec notre ventre.


 Succès surprise, Le Charme discret de l’intestin s’est vendu à plus de un million d’exemplaires en Allemagne et sera publié dans une trentaine de pays.

 

 

 

 

le charme discret de l’intestin

 

 

"La gastroentérologie, même à l'Institut de microbiologie médicale de Heidelberg, ce n'est pas très glamour. Pourtant Giulia met cette discipline à la mode en gagnant trois fois le premier prix de la Nuit des sciences, une session où les jeunes présentent de manière originale leurs recherches. Elle s'impose par sa compétence, ses talents de vulgarisation et son immense sens de l'humour. Sa prestation à "Science Slam" fait immédiatement un buzz sur YouTube. L'éditeur allemand Ullstein Buchverlage lui propose de faire un livre à partir de sa thèse, sans se censurer.  "

05/12/2015

Recette

cezanne_maison_gardanne_l.jpg

Prenez un toit de vieilles tuiles
un peu avant midi.

Placez tout à côté
un tilleul déjà grand
remué par le vent.

Mettez au-dessus d'eux
un ciel de bleu, lavé
par des nuages blancs.

Laissez-les faire.
Regardez-les.

 Paul Cézanne   et Guillevic ( extrait de " Avec" 1966

 

14:30 Publié dans poesie | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : poème guillevic

La plaine, les vallons plus loin..... Les chemins, les villages,....

 

cornel pufan3.jpg

 

                                                            La plaine, les vallons plus loin,
                                                      Les bois, les fleurs des champs,
                                                      Les chemins, les villages,
                                                        Les blés, les betteraves,
                                                       Le chant du merle et du coucou,
                                                      L'air chaud, les herbes, les tracteurs,
                                                      Les ramiers sur un bois,
                                                      Les perdrix, la luzerne,
                                                      L'allée des arbres sur la route,
                                                      La charrette immobile,
                                                             L'horizon, tout cela
                                                       Comme au creux de la main.

poème guillevic

 

                                                

           Photos Cornel Pufan                                      


             

poème guillevic

 

Poèmes de Guillevic

Guillevic, "un monde d'oiseaux, de pierres et d'hommes"

                                                   Ce n’était pas
                                                   Une aile d’oiseau.
                                                     C’était une feuille
                                                    Qui battait au vent.
                                                     Seulement
                                                    Il n’y avait pas de vent.
                                                         (Exécutoire, 1947)

 

poème guillevic

14:23 Publié dans poesie | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : poème guillevic

25/11/2015

Regardez-les, ces hommes et ces femmes.....

 

mikael kalatosow.jpg

                                      Regardez-les, ces hommes et ces femmes qui marchent dans la nuit.
                                       Ils avancent en colonne, sur une route qui leur esquinte la vie.
                                        Ils ont le dos voûté par la peur d’être pris
                                                                Et dans leur tête,
                                                                 Toujours,
                                   Le brouhaha des pays incendiés.
                                   Ils n’ont pas mis encore assez de distance entre eux et la terreur.
                                  Ils entendent encore les coups frappés à leur porte,
                                   Se souviennent des sursauts dans la nuit

.
                                                           Regardez-les.

                                     Colonne fragile d’hommes et de femmes
                                      Qui avance aux aguets,
                                      Ils savent que tout est danger.
                                      Les minutes passent mais les routes sont longues.
                                       Les heures sont des jours et les jours des semaines.
                                       Les rapaces les épient, nombreux.
                                                       Et leur tombent dessus,
                                                      Aux carrefours.
                                            Ils les dépouillent de leurs nippes,
                                         Leur soutirent leurs derniers billets.
                                          Ils leur disent : « Encore »,
                                          Et ils donnent encore.
                                         Ils leur disent : « Plus ! »,
                                     Et ils lèvent les yeux ne sachant plus que donner.
                                                     Misère et guenilles,
                                    Enfants accrochés au bras qui refusent de parler,
                                      Vieux parents ralentissant l’allure,
                                              Qui laissent traîner derrière eux les mots d’une langue qu’ils seront contraints d’oublier.


                                                          Ils avancent,
                                                          Malgré tout,
                                                          Persévèrent
                                                          Parce qu’ils sont têtus.
                                                          Et un jour enfin,
                                                          Dans une gare,
                                                          Sur une grève,
                                                         Au bord d’une de nos routes,
                                                         Ils apparaissent.

 

                                    Honte à ceux qui ne voient que guenilles.
                                                      Regardez bien.
                                                    Ils portent la lumière
                               De ceux qui luttent pour leur vie.
                               Et les dieux (s’il en existe encore)
                                                      Les habitent.


                                                    Alors dans la nuit,
                              D’un coup, il apparaît que nous avons de la chance si c’est vers nous qu’ils avancent.
                               La colonne s’approche,
                              Et ce qu’elle désigne en silence,


                                                     C’est l’endroit où la vie vaut d’être vécue.
                                Il y a des mots que nous apprendrons de leur bouche,
                                Des joies que nous trouverons dans leurs yeux.

reza.jpg


                                                      Regardez-les,
                                                      Ils ne nous prennent rien.
                                                      Lorsqu’ils ouvrent les mains,
                                                     Ce n’est pas pour supplier,
                                                     C’est pour nous offrir
                                                         Le rêve d’Europe
                                                     Que nous avons oublié.


Laurent Gaudé, écrivain

reza1.jpg

Une photo, Mikael Kalatosow et "l'oeil de Reza"

Reza et Laurent Gaudé au Au camp de réfugiés de Kawergosk

20/11/2015

‘Mes chaussures étaient gelées...."

                                

                                     Histoire d'une photo

 

C’était en décembre 2013. Au camp de réfugiés de Kawergosk, à trente kilomètres d’Erbil, la capitale du Kurdistan irakien, l’hiver était rude, l’air humide et le sol boueux. Au moins dix mille habitants peuplaient cet océan de tentes bleues et blanches, sorti de terre quatre mois plus tôt. Mi-août 2013, ces Kurdes syriens avaient fui les barbaries du régime de Bachar al-Assad, de l’Etat islamique ou d’al-Qaïda.

Pour raconter ce refuge de l’urgence, ARTE Reportage envoya quatre artistes français et allemand en mission : le cinéaste Pierre Schoeller, le photographe Reza, le dessinateur Reinhard Kleist et l’écrivain Laurent Gaudé. Plus que les œuvres réalisées par ces derniers, une image avait, à l’époque, marqué les esprits : un cliché pris par une jeune réfugiée, âgée de 11 ans à l’époque. Maya Rostam, c’est son doux nom, participait, avec d’autres enfants, à l’atelier photographique initié par Reza lors de son passage à Kawergosk.

reza 2.jpg


© Maya Rostam / Reza Visual Academy

“Au second jour de l’atelier, Maya n’est pas là”, raconte Reza“Je m’inquiète, me renseigne. Personne ne connaît sa tente. Je reste confiant. Le cours a commencé. Maya apparaît, s’avance timidement, gênée, terriblement gênée. Je l’interroge sur son retard. Elle ne dit mot et baisse la tête. Je suis accaparé par d’autres élèves, mais je répète la question : ‘Pourquoi es-tu en retard ?’ Sans un mot, elle tend son appareil vers moi et me montre cette photographie. Elle ajoute d’une voix presque inaudible : ‘Mes chaussures étaient gelées. J’ai dû attendre pour les mettre.’ Je n’ai jamais été autant bouleversé devant la force symbolique d’une image.”

                                       Un extrait "l'atelier photo des enfants de Kawergosk" ARTE

 

16/11/2015

Ne te sauve pas....

poeme mario benedetti

                                                             Ne reste pas immobile
                                                            sur le bord de la route
                                                            ne gèle pas la joie
                                                            n’aime pas à contrecœur
                                                            ne te sauve pas ni maintenant
                                                                      ni jamais

poeme mario benedetti


                                                                      

 

                                                                 ne te sauve pas
                                                          

                                                        ne te remplis pas de calme
                                                        ne garde pas du monde
                                                        qu’un simple coin tranquille

                                                        ne laisse pas retomber tes paupières,
                                                        lourdes comme des jugements
                                                        ne reste pas sans lèvres
                                                        ne dors pas sans sommeil
                                                        ne pense pas sans sang
                                                        ne juge pas sans temps.....

 

poeme mario benedetti

 

 Extrait de Poemas de otros (1973-1974).  Mario Benedetti     Traduit par Olivier Favier.

Photos Dorothea Lange , Cornel Pufan, Sebastião Ribeiro Salgado

05/11/2015

Les gens de Garonne

livres.jpg

 

 

"Des hommes et des femmes profondément attachants, tous "gens de Garonne", vont se déchirer et s'aimer au bord du grand estuaire dont Noël Manière connaît si bien le décor, les paysages, l'histoire, l'âme et le caractère de ceux qui y vivent. De cet amour pour un terroir et un peuple si riches, est né le plus sensible des romanciers.

cartes-postales-photos-Bateaux-Morutiers-en-Rade-BORDEAUX-33000-33-33063005-maxi.jpg

 

livres2.jpg

Sécherie de morue à Bègles vers 1900 : les étendoirs dits aussi ""pendilles"" (Sécherie du Grand-Port)

Fils aîné d’un modeste couple qui a dû fuir son village pour vivre son amour, Antoine a les yeux résolument tournés vers l’océan. Dès l’âge de treize ans, et afin d’aider ses parents démunis, il embarque comme mousse sur l’Arbonnaise. Hélas ! le rêve d’enfance se transforme vite en cauchemar. La vie de terre-neuvas se révèle un véritable enfer et les membres d’équipage font d’Antoine leur souffre-douleur. 

C247seicherie.jpg

Revenu de l'enfer de la pêche à la morue, sur les bancs de Terre-Neuve, Antoine Graveille retrouve sa famille brisée par le suicide de son père et, une fois de plus, l'extrême pauvreté.  

livres 3.gif

 

"Les années ont passé depuis l'arrivée de la famille Graveille sur les bords de la Garonne. Revenu à Bègles après avoir été mousse sur les terres-neuvas (Les Forçats de la mer), Antoine a vengé son père, dont l'invention a été volée (Le Combat des humbles). Dans ce troisième volume, les passions et les luttes sociales se combinent pour créer cette atmosphère si particulière aux " Gens de Garonne ".
De l'estuaire de la Gironde aux grands espaces de la forêt landaise, du Bordeaux populaire aux rivages de l'Afrique, le voyage auquel nous convie l'auteur, passionnant de bout en bout, restitue. jusqu'aux odeurs de vendange, cette France besogneuse de la fin du XIXe siècle."( 4ème de couverture, extraits)

cartes-postales-photos-Vue-d-ensemble-BORDEAUX-33000-3570-20070911-b6c9n7z0b7n5p4g9l9k4.jpg-1-maxi.jpg

J'ai retrouvé mes rues, mes places..mes quartiers....souvenue toutes les histoires racontées lorsque j'étais enfant...Bègles, c'est chez moi , je suis née à Bègles

medium_grand_mere.3.jpg

 

Drôle de lecture , à chaque page mes souvenirs se mêlent au récit. Un nom de rue et je me revois avec ma grand- mère Catherine  sur le chemin de l'école...un détail dont je ne me souviens pas, j'appelle mon frère...des vendanges, balade dans les vignes toujours avec ma grand -mère....

Bègles

eglise2.jpg

"L'église de Bègles comporte une particularité, drapeau français et inscription Liberté - Egalité - Fraternité.

Mais pourquoi ?

Le 30 Janvier 1790, Marc Daguzan, curé de la paroisse, est élu par acclamation premier maire de Bègles. Durant plusieurs années, l’église Saint-Pierre fait office de mairie. Sa façade porte toujours l’inscription républicaine «Liberté, Egalité, Fraternité» datant de cette époque et inhabituelle en un tel lieu."

 

 

 

 

 

cartes-postales-photos-Un-Coin-de-la-Rade-BORDEAUX-33000-3570-20070911-y0a7k1g8t4h9p0n0s7f3.jpg-1-maxi.jpg

 La fête de la Morue existe toujours à Bègles

Un peu d'histoire "

À la fin du XVe siècle, les Européens découvrent l’île de Terre-Neuve au Canada et ses grands bancs de cabillaud. Le monde entier va venir pêcher dans ses eaux glaciales. À Bordeaux, le négoce de poisson s’implante ; la ville devient au XIXe siècle le premier port de débarquement de la morue « verte » (cabillaud salé à bord). Les navires s’ancrent au port de la Lune et les gabarres remontent le fleuve pour débarquer la morue salée à Bègles. Pourquoi ici ? Ce n’est qu’un petit port fluvial mais qui dispose de nombreux palus* libres et bon marché, d’un climat doux et humide, idéal pour sécher le poisson en plein air sur les pendilles**, d’une eau douce en abondance pour le lavage et d’une main d’œuvre féminine nombreuse et courageuse. Tout un petit peuple venant des campagnes s’installe donc ici et fait la prospérité des sécheurs et négociants jusqu’au XXe siècle. Les belles maisons bourgeoises, appelées « maisons de morues », aujourd’hui restaurées, en témoignent.

 le métier était très dur, les campagnes de pêche duraient parfois six mois. Les hommes trimaient sur les bateaux et n’étaient jamais sûrs de revenir. De même, le travail de sécheuse était éprouvant : dehors ou dans les hangars en bois, les mains dans l’eau froide, les pieds dans la boue pour étendre les lourds filets. Et comment se débarrasser de l’odeur entêtante ? Le bus qui les ramenait chez elles, était appelé « le bus de la morue ». On imagine bien les autres passagers les fuyant.  extraits "A Bègles, la morue est une star" 15 avril 2010 par Casadei

 

les-mousses6.jpg

 Photos trouvées sur le net     et Catherine ma grand- mère

 

 

20:00 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : les gens de garonne

31/10/2015

La terre qui penche

                           conc_bela_domna.jpg

      Le nouveau conte de Carole Martinez

                                " Mon héroïne, blanche est une rebelle "

Troisième roman dédié aux femmes de jadis....

 

C'est encore une figure féminine insoumise que l'on retrouve 200 ans plus tard, au 14e siècle, toujours au Moyen-Âge et au domaine des Murmures, dans La terre qui penche. Blanche a 11 ans et elle est affamée du savoir qu'on lui interdit. "C'est une rebelle.

Elle a décidé qu'il était très important pour elle d'apprendre à lire et à signer son nom. Comme son père s'y oppose et considère qu'une femme instruite, c'est le diable dans la maison, Blanche vole les lettres nécessaires pour écrire son prénom", explique Carole Martinez.

                                             "A tes côtés je m'émerveille.
                                              Blottie dans ton ombre, tu partages ma couche.
                                              Tu dors, ô mon enfance,
                                              Et pour l'éternité, dans la tombe, je veille. »

livre.jpg

 

 

Blanche est morte en 1361 à l’âge de douze ans, mais elle a tant vieilli par-delà la mort! La vieille âme qu’elle est devenue aurait tout oublié de sa courte existence si la petite fille qu’elle a été ne la hantait pas. Vieille âme et petite fille partagent la même tombe et leurs récits alternent.


L’enfance se raconte au présent et la vieillesse s’émerveille, s’étonne, se revoit vêtue des plus beaux habits qui soient et conduite par son père dans la forêt sans savoir ce qui l’y attend.


Veut-on l’offrir au diable filou pour que les temps de misère cessent, que les récoltes ne pourrissent plus et que le mal noir qui a emporté sa mère en même temps que la moitié du monde ne revienne jamais?
Par la force d’une écriture cruelle, sensuelle et poétique à la fois, Carole Martinez laisse Blanche tisser les orties de son enfance et recoudre son destin. Nous retrouvons son univers si singulier, où la magie et le songe côtoient la violence et la truculence charnelles, toujours à l’orée du rêve mais deux siècles plus tard, dans ce domaine des Murmures qui était le cadre de son précédent roman. (4e de couverture)

 

Tendre et cruel, un monde magique ! magnifique !

209023_fr_lertameur.jpg.2200x2200_q75_crop.jpg

livre 2.jpg

 

J'avais adoré " le coeur cousu" et " Du domaine des Murmures"

La terre qui penche, même enchantement !

 

"L'héroïne du Cœur cousu possède le don de recoudre tout ce qui se déchire, les tissus, les corps, les cœurs, celle du Domaine des murmures réalise des miracles du fond de sa réclusion. La terre qui penche est peuplé d'ogres, de fées, de sortilèges et la petite Blanche dialogue avec son âme, en errance 6 siècles plus tard."( Carole Martinez)

livre 3.jpg

 

Gustave-Courbet-La-vallee-de-la-Loue-1872.jpg

La vallée de la Loue, Gustave Courbet

Du Domaine des murmures et la terre qui penche, la Loue est aussi son héroïne.

"Mon roman se construit autour du lit de  la Loue et du pouvoir poétique qu 'à une petite fille de métamorphoser les souvenirs mauvais.

Blanche transforme le monde qui l'entoure et ses douleurs, elle change un homme en cheval, puis ce cheval en terre, pour continuer de marcher sur son chemin...."

27/10/2015

Un jour de pluie et de brouillard....

199.JPG

                      Averse averse averse averse averse averse

                      Pluie ô pluie ô pluie !ô pluie    ô pluie ô pluie

                   Gouttes d'eau gouttes d'eau gouttes d'eau    gouttes d'eau

 

Luchon septembre 2011 021.JPG

                      parapluie ô parapluie ô paraverse ô

                       paragouttes d'eau paragouttes d'eau de pluie

0211.JPG

 

                     

 

                     capuchons pèlerines et imperméables

                      que la pluie est humide et que l'eau mouille et mouille !

                      mouille l'eau mouille l'eau mouille l'eau mouille l'eau

                      et que c'est agréable agréable agréable

                      d'avoir les pieds mouillés et les cheveux humides

0206.JPG

 

                         tout humides d'averse et de pluie et de gouttes

                      d'eau de pluie et d'averse

 

                         et sans un paragoutte

                      pour protéger les pieds et les cheveux mouillés

                      qui ne vont plus friser qui ne vont plus friser

                       à cause de l'averse à cause de la pluie

 

323.JPG

                              à cause de l'averse et des gouttes de pluie

                          des gouttes d'eau de pluie et des gouttes d'averse

                         Cheveux désarçonnés cheveux sans parapluie

0472.JPG

 

 poème, Raymond Queneau, les photos , des sentiers des Pyrénées, un jour de pluie....

 

 

 

13:11 Publié dans poesie | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : poème, raymond queneau